Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Manifestation du 1er mai : 850 personnes dans les rues de Metz

mardi 1 mai 2018 à 21:27 Par Jordan Muzyczka, France Bleu Lorraine Nord

850 personnes se sont réunies à l'occasion du défilé du 1er mai à Metz. Syndicats et partis politiques n'avaient qu'un seul mot d'ordre : se faire entendre pour protester contre la politique du gouvernement.

850 personnes étaient présentes à Metz pour le traditionnel défilé du 1er du Mai.
850 personnes étaient présentes à Metz pour le traditionnel défilé du 1er du Mai. © Radio France - Jordan MUZYCZKA

Metz, France

850 personnes se sont réunies à Metz, à l'occasion de la fête du travail du Travail et des travailleurs, ce 1er mai. Tandis qu'à Paris, des violences ont éclaté en marge du cortège, l'ambiance était beaucoup plus calme en Moselle. Mais tous étaient déterminés à faire entendre leur mécontentement au président Emmanuel Macron et à sa politique.

Tous contre Macron

Jean-François, ancien sidérurgiste chez ArcelorMittal est très remonté. Avec près de 50 ans passé au sein de la l'entreprise il a pris sa retraite en 2017 Il est très remonté contre la hausse de la CSG décidée par le gouvernement. 

Quand vous travaillez, vous espérez des droits. Et quand vous êtes à la retraite, qu'on vous paye ces droits. Et Emmanuel Macron, avec la hausse de la CSG, baisse nos droits acquis durant toute notre carrière. Donc il piétine nos droits - Jean-François, retraité

850 personnes se sont réunies à Metz, à l'occasion de la fête du travail du Travail et des travailleurs, ce 1er mai. - Radio France
850 personnes se sont réunies à Metz, à l'occasion de la fête du travail du Travail et des travailleurs, ce 1er mai. © Radio France - Jordan MUZYCZKA

Ce qui ne passe pas pour Marc, un ancien cheminot, désormais retraité, ce sont les "cadeaux" offerts par le locataire de l'Elysée aux plus grosses fortunes, en transformant l'impôt de solidarité sur la fortune:

Une entreprise, c'est constitué d'un produit, de gens et d'un capital. Quand vous faites du bénéfice, il faut qu'il y ait une répartition équitable. Si vous ne le faites pas, et bien il y a des dérives." Marc, ancien cheminot

Hervé, lui, regrette que la seule obsession du gouvernement concerne l'aspect financier. Pour cet enseignant dans un lycée, il faut miser sur la solidarité:

Il ne veut qu'inciter le profit personnel. Et c'est le même message dans l'éducation. Il veut nous faire croire qu'il n'y a que la compétition, qu'il faut réussir individuellement, alors que les valeurs importantes sont celles de la coopération et de la collaboration" Hervé, enseignant

Tous les partis politiques de gauche étaient présents pour ce 1er mai; en ce qui concerne les syndicats, il y avait une demi unité : si la CGT, l'Unsa, Force ouvrière et Sud ont déambulé ensemble, la CFDT, elle, n'a pas fait le déplacement.