Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Manifestations du 1er mai : pas de convergence des luttes à Rennes

-
Par , France Bleu Armorique

A Rennes, deux manifestations se sont élancées vers 11h30 pour le 1er mai, fête du Travail. D'abord dans le quartier du Blosne au sud de la ville, à l'appel de l'intersyndicale CGT-FO-FSU. Puis dans le centre-ville pour une manifestation avec l'union syndicale Solidaires, et les gilets jaunes.

La manifestation CGT-FO-FSU était organisée dans le quartier du Blosne au sud de Rennes
La manifestation CGT-FO-FSU était organisée dans le quartier du Blosne au sud de Rennes © Radio France - Maxime Bossonney

Rennes, France

Une seule journée de mobilisation, mais deux cortèges pour le 1er mai à Rennes. Ils étaient 1200 en ZUP-Sud dans le quartier du Blosne pour une manifestation intersyndicale CGT-FO-FSU, et 2100 dans le centre-ville à l'appel de l'union syndicale Solidaires et les gilets jaunes. Une opération escargot à également été menée dans la matinée sur la rocade rennaise par d'autres gilets jaunes.

1200 personnes ont défilé dans la ZUP-Sud - Radio France
1200 personnes ont défilé dans la ZUP-Sud © Radio France - Maxime Bossonney

Désunion syndicale

La manifestation traditionnelle du 1er mai s'est déroulée pour la première fois dans le quartier du Blosne, en ZUP-Sud. Une volonté d'aller dans "un quartier populaire" de l'aveu des syndicats, à la rencontre de ceux qui "sont touchés par les politiques d'austérité". Après une prise de parole des principaux leaders syndicaux, le cortège de 1200 personnes s'est élancé depuis la station de métro Italie jusqu'au parc de Bréquigny, avant un pique-nique festif. Un cortège dans le calme encadré par les services d'ordre de la CGT.

De l'autre côté, Sud-Solidaire avait décidé de faire sécession et de défiler de son côté, dans le centre-ville rennais. L'union syndicale voulait manifester dans "le centre bourgeois", reprochant à la CGT-FO-FSU de plier aux exigences de la préfecture, voulant éviter toutes scènes de violence dans le centre-ville.

Le cortège de 2100 personnes selon la police, (2700 selon Sud-Solidaires), composé également des gilets jaunes, s'est élancé de la place de la mairie vers 11h30, afin de réaliser une boucle en passant par les quais, le boulevard de la liberté, l'avenue janvier et la place de la République.

Le cortège Sud-Solidaire s'est dispersé vers 13h00, mais les gilets jaunes ont décidé de continuer leur marche.

Pas de débordements malgré les inquiétudes

Rennes faisait partie des villes à "risques" selon le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui craignait la venu d'éléments radicaux et de blacks blocs. Au final, la mobilisation des gilets jaunes s'est déroulée dans le calme, malgré la présence de manifestants habillés en noir, cagoulés et masqués.

Quelques tensions place de la République mais pas de débordements - Radio France
Quelques tensions place de la République mais pas de débordements © Radio France - Maxime Bossonney

Quelques tensions ont également eu lieu entre force de l'ordre et manifestants, devant le centre commercial Colombier notamment, mais surtout place de la République en fin de manifestation. Le ton est monté devant les Galeries Lafayette et un homme a été interpellé. Il aurait dit "Suicidez-vous" aux policiers qui bloquaient l'accès au centre-ville historique.

Mais les forces de l'ordre n'ont fait usage ni de gaz lacrymogène, aucune charge n'a également été ordonnée. Il n'y a pas eu de débordements ou de casses malgré les craintes. Les quelques manifestants restant, nassés par les forces de l'ordre sur la place de la République, ce sont dispersés aux alentours de 14h00. 

Au total 5 personnes ont été placées en garde-à-vue pour outrages.

Choix de la station

France Bleu