Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manifestations pour demander justice dans le scandale du chlordécone aux Antilles : le point sur l'affaire

-
Par , France Bleu

Plusieurs milliers de personnes manifestent ce samedi 27 février à Fort-de-France et à Paris pour protester contre la possible prescription d'une plainte déposée il y a 14 ans pour empoisonnement au chlordécone. Un pesticide au cœur d'un scandale.

Pancarte affichée lors de la manifestation à Paris, ce samedi 27 février.
Pancarte affichée lors de la manifestation à Paris, ce samedi 27 février. © AFP - Noémie Coissac / Hans Lucas

Le collectif "Zéro Chlordécone", plusieurs partis politiques, syndicats et associations ont appelé à manifester ce samedi 27 février à Fort-de-France pour demander justice dans le cadre du scandale du chlordécone, alors qu'un non lieu se profile. Plusieurs milliers de personnes se sont ainsi rassemblées dans la capitale de la Martinique, rapporte Martinique La 1ère. Un rassemblement a également eu lieu à Paris.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Qu'est-ce que le chlordécone ?

Le chlordécone est un pesticide interdit aux Etats-Unis dès 1977, classé cancérogène possible dès 1979 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), mais qui a continué à être autorisé dans les champs de bananes en Martinique et en Guadeloupe par dérogation ministérielle jusqu'en 1993. Il a ainsi été massivement utilisé pendant plus de 20 ans.

Selon Santé publique France, plus de 90% de la population adulte en Guadeloupe et Martinique est contaminée par le chlordécone. Le produit est soupçonné d'être responsable de cancers de la prostate, dont les populations antillaises présentent un taux d'incidence parmi les plus élevés au monde.

Aujourd'hui, le pesticide continue de sévir puisqu'il a contaminé les sols et les rivières. Par moment, l'eau n'est pas potable dans certaines zones en raison d'un taux de chlordécone supérieur à celui autorisé, expliquaient en octobre dernier les reporters de La 1ère sur France Inter.

Réparation politique encore en cours

Lors de son déplacement aux Antilles en septembre 2018, Emmanuel Macron avait reconnu un "scandale environnemental" et promis que l'État prendrait "sa part de responsabilité". Mercredi dernier, le gouvernement a annoncé le lancement d'un quatrième plan chlordécone destiné à lutter contre les conséquences de la pollution à long terme. Ce plan est doté d'un budget de 92 millions d'euros et court sur la période 2021-2027. Il doit permettre de poursuivre "les mesures déjà engagées pour réduire l'exposition des populations à la pollution par le chlordécone en Guadeloupe et en Martinique, ainsi qu'à déployer des mesures d'accompagnement", selon un communiqué interministériel.

"On nous parle à chaque plan de beaucoup de millions mais on ne sait pas trop comment sont dépensés ces millions. On craint que cela parte dans la communication, en paiement d'intermédiaire et de gens qui ne souffrent pas du tout de la chlordécone et de cette tragédie qui est la nôtre", avait alors commenté auprès de l'Agence France presse Harry Durimel, avocat, maire de Pointe-à-Pitre, et très engagé dans la lutte contre la chlordécone. "Les demandes d'indemnisation sont très restreintes. Elle se limitent aux travailleurs de la banane, et restent très difficile à faire valoir", selon Harry Durimel pour qui "les gouvernants ne semblent pas avoir encore acquis la conviction de la dangerosité de l'exposition au produit".

Où en est l'action en justice ?

Une plainte a été déposée en 2006 par des associations martiniquaises et guadeloupéennes pour "mise en danger de la vie d'autrui". Le 21 janvier dernier, les juges d'instruction du tribunal de grande instance de Paris ont annoncé aux associations que des preuves avaient disparu et que le dossier pouvait être sous le coup d'une prescription, raison de la colère des manifestants aujourd'hui. 

Les associations mobilisées envisageaient alors de saisir les juridictions européennes, notamment la Cour européenne des droits de l'homme, si la plainte n'aboutit pas, indiquait l'AFP.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess