Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Manque de médecins : un cabinet médical ferme à Besançon

mardi 18 août 2015 à 10:43 France Bleu Besançon

Le mal du manque de médecins bien connu dans les campagnes contamine la ville. A Besançon, dans le quartier de Planoise, un cabinet médical va fermer ses portes à la fin du mois d'août. Faute de candidat motivé pour le reprendre...

Un cabinet médical (illustration).
Un cabinet médical (illustration). - Photo Florian Salesse / Maxppp / La Montagne

Suite à un problème de santé, un des médecins de ce cabinet médical doit arrêter le métier. Les trois praticiens associés ont cherché tous ensemble pendant un an un remplaçant. Personne n'est motivé. Le cabinet, situé 23 avenue d’Ile de France, devra fermer fin août après trente ans d’existence.

L’image du quartier n’est pas en cause

Difficile d'expliquer ce désintérêt selon les médecins concernés. L'image de Planoise, vqui a la réputation d'être un quartier défavorisé, n'est pas en cause selon eux. Les praticiens y travaillent dans d'excellentes conditions et l'ambiance y est bonne, disent-ils. Ils avouent ne pas comprendre car les villes sont recherchées par les jeunes médecins diplômés, qui sont de plus en plus nombreux.

« Moi je suis sorti en 2005, dans ma promotion on est quatre ou cinq personnes à s’être installés. Aujourd’hui, ce nombre d’installation a au moins triplé. » constate Lauranne Maurice-Giboudot l'un des médecins concernés.

Le problème n’est donc pas le même que celui des déserts médicaux dans les campagnes. L’explication viendrait du délai trop court pour qu'un jeune prenne la décision de s'installer sans avoir pu auparavant travailler sur place. Il ne peut ainsi pas se rendre compte et ne veut pas prendre de risque.

Les patients sont, quant à eux, invités à venir retirer leur dossier médical avant la fermeture du cabinet. Ils devront ensuite choisir un autre médecin. Ce ne sera pas difficile, Planoise n’est pas un désert médical. Mais ils devront établir un nouveau lien de confiance avec leur nouveau médecin. Et cela prend du temps, parfois.

Par :