Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sarthe : les urgences vont rouvrir la nuit à l'hôpital du Bailleul, mais le SMUR reste suspendu

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Maine

Elles étaient fermées la nuit depuis trois semaines, à cause du manque de médecins : les urgences de l'hôpital du Bailleul, le deuxième hôpital public de la Sarthe, vont pouvoir rouvrir 24h/24 ce lundi 14 octobre. En revanche, le SMUR reste suspendu jour et nuit.

Le Pôle Santé Sarthe et Loir (PSSL), sur la commune du Bailleul, est confronté à de graves difficultés de recrutement, notamment dans le service des urgences
Le Pôle Santé Sarthe et Loir (PSSL), sur la commune du Bailleul, est confronté à de graves difficultés de recrutement, notamment dans le service des urgences © Radio France - Clémentine Sabrié

Le Bailleul, France

Fermé la nuit depuis trois semaines faute d'un nombre suffisant de médecins, le service des urgences du Pôle Santé Sarthe et Loir (hôpital du Bailleul) va pouvoir rouvrir ce lundi 14 octobre 2019 à 8H30, comme envisagé initialement, pour un fonctionnement 24 heures sur 24. La nouvelle a été annoncée à l'issue du conseil de surveillance de l'établissement. En revanche, le SMUR reste suspendu jour et nuit

L'hôpital du Bailleul indique que ces trois dernières semaines, malgré la fermeture des urgences de nuit, les prises en charge gynécologiques, obstétriques et pédiatriques ont été assurées 24 heures sur 24. Il assure mettre tout en oeuvre pour un rétablissement rapide du service médical d'urgence et de réanimation (SMUR). "Le service de régulation est assuré par le 15" avec une prise en charge par les hôpitaux voisins (Le Mans, Angers, Château-Gontier). 

Pénurie de médecins

Ouvert il y a 10 ans entre Sablé et La Flèche, le Pôle Santé Sarthe et Loir est le deuxième hôpital public du département. Il enregistre chaque année 25 000 passages aux urgences et dessert un bassin de vie de 150 000 personnes. Confronté à de graves difficultés de recrutement, l'hôpital du Bailleul ne peut pas fonctionner sans avoir recours à des médecins remplaçants, ce qui plombe encore davantage les finances d'un établissement déjà fortement déficitaire

Sur douze postes de médecins urgentistes, seul 1,6  est pourvu. Pour pouvoir rouvrir les urgences la nuit, l'hôpital du Bailleul recourt à des remplaçants "fidélisés", selon le Dr. Masloh, responsable du pôle des urgences. Ce sont des médecins qui ont déjà travaillé au Pôle Santé Sarthe et Loir, qui connaissent sa situation et ne pratiquent pas de tarifs trop élevés. "Il est hors de question que nous puissions pratiquer des tarifs exorbitants", assure Catherine Robic, la directrice de l'établissement.

Une réouverture importante pour tout l'hôpital

"La fermeture des urgences de nuit a été un choc pour tout le monde", précise le Dr. Masloh. Après de longues discussions avec les praticiens, mais aussi l'Agence régionale de Santé (ARS), la décision a été prise de rouvrir l'accueil à toute heure de la journée ou de la nuit. "Il a fallu se battre auprès de l'ARS", explique Marc Joulaud, maire de Sablé-sur-Sarthe et président du conseil de surveillance du centre hospitalier. 

Les urgences sont la porte d'entrée de l'hôpital pour beaucoup de patients. Sans ce service, le reste de l'hôpital reçoit moins de personnes. Une baisse de l'activité générale augmenterait le déficit de l'hôpital du Bailleul. Le risque est de créer un sentiment d'inquiétude chez le personnel soignant, voire de provoquer une vague de départs.

Choix de la station

France Bleu