Tous les sports

Marathon du Médoc : Gérard, profession bénévole

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde mercredi 7 septembre 2016 à 4:00 Mis à jour le jeudi 8 septembre 2016 à 8:53

Le Médoc, un cas à part dans le monde du marathon français.
Le Médoc, un cas à part dans le monde du marathon français.

Tombé dans la marmite du marathon au début des années 80, Gérard Le Mouzy est devenu l'une des chevilles ouvrières de celui du Médoc. Son seul salaire, le sourire de ceux à qui il rend service. Rencontre.

Muté dans la région, cet Aveyronnais ne tarde pas à tomber dans la marmite du marathon. "Jusqu'à 40 ans j'ai joué au rugby, raconte-t-il, puis j'ai eu des problèmes de poumons. Comme je grossissais, je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose. Un beau jour, je suis venu voir le marathon du Médoc et je me suis dit que ces mecs étaient fous". L'année suivante Gérard le Mouzy est au départ,. Le virus ne le quittera plus.

Depuis, il en a couru une soixantaine aux quatre coins du monde et ça fait près d'un quart de siècle qu'il est entré dans l'armée des bénévoles du Médoc. Responsable aujourd'hui de la distribution des 8500 dossards la veille de la course, il a vu le bébé grandir. "C'est un plaisir et une fierté qu'il soit arrivé à ce niveau là. Partout où j'ai couru, les gens reconnaissent le maillot du marathon du Médoc. On nous salue, on nous dit bonjour, même à New-York".

J'ai du mal à trouver des jeunes. Du coup, je fais avec mes jeunes retraités de 60 ans.

A 68 ans, Gérard Le Mouzy ne court plus la distance mais bloque la première quinzaine de septembre de son agenda, comme pour rendre au marathon du Médoc ce qu'il lui a donné. Avec une petite centaine de bénévoles sous ses ordres, il apporte, année après année, sa pierre à l'édifice tout en reconnaissant que le renouvellement des troupes ne serait pas un luxe.

"J'ai du mal à trouver des jeunes, avoue-t-il. Du coup, je fais avec mes jeunes retraités de 60 ans. Je fais dans le copinage. Grâce aux associations, quand on fait le tour, on arrive à trouver des gens à droite à gauche".

Gérard Le Mouzy est à pied d'oeuvre depuis une dizaine de jours. - Radio France
Gérard Le Mouzy est à pied d'oeuvre depuis une dizaine de jours. © Radio France - Arnaud Carré

Avec ses copains, autour d'un casse-croûte, ce bénévole des premières heures prépare une 32ème édition qui sera marquée par l'état d'urgence. "C'est pesant, reconnaît-il, quelques bénévoles ont un peu peur, alors on les rassure. Tout le monde va être fouillé, ça va être contraignant, ça risque de plomber un peu la fête mais ça va bien se passer."

Comme Gérard, ils seront 3000 bénévoles à assurer la sécurité et le confort des 8500 coureurs. Le départ du marathon du Médoc sera donné samedi (9h30) sur les quais de Pauillac. Le thème retenu cette année : les contes et légendes.

Partager sur :