Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Marche blanche pour Erika à Perpignan, 350 personnes

jeudi 27 août 2015 à 15:19 - Mis à jour le jeudi 27 août 2015 à 15:54 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon

Environ 350 personnes, essentiellement des jeunes, se sont rassemblées ce jeudi après-midi à Perpignan pour rendre hommage à la jeune Erika, assassinée à Perpignan lundi par son petit ami.

Les amies d'Erika ont voulu rendre hommage à la jeune fille assassinée
Les amies d'Erika ont voulu rendre hommage à la jeune fille assassinée © Radio France

Pas de drapeaux, pas de banderolle, tout juste quelques mots d'amour pour Erika sur un tee-shirt et des dizaines de roses blanches. Environ 350 personnes se sont rassemblées ce jeudi après-midi pour rendre hommage à Erika, 17 ans, assassinée mardi par son petit ami, Kader qui ne supportait pas la rupture.La marche blanche est partie du Castillet pour se rendre au parc Maillol au nord de Perpignan, là où le corps de la jeune fille a été retrouvé lundi, lacéré de coups de couteaux et égorgée.

"C'était plus de l'amour, il était fou d'elle"

Parmi les personnes rassemblées, cette jeune fille qui connaissait Erika et Kader "C'était compliqué entre eux, il l'aimait beaucoup, elle l'aimait aussi, c'est vrai que parfois ça partait en coup, mais il l'aimait tellement, c'était plus de l'amour, il était fou d'elle ! Je sais qu'il le regrette. Y a tellement de jeunes filles qui aiment se faire taper par leur copain, qui disent que c'est de l'amour, on voit ça nous mène, personne n'aurait cru ça . Erika était toujours souriante, toujours prête à aider les autres alors qu'elle aussi avait des problèmes, elle méritait pas ça . C'est le destin"

Marche blanche / amie

"Elle essayait de se reconstruire, elle voulait une autre vie"

Dans le cortège aussi, Medjoub, le gardien de nuit du foyer où Erika avait séjourné quelques temps : "Erika était une petite jeune avec des difficultés mais elle méritait pas ça. Le gamin qui a fait ça je le connaissais très bien, je l'ai vu grandir,  il est né dans le quartier ou je vivais. Il venait au foyer, il voulait rentrer, je lui disais non, il jouait au chat et à la souris, il revenait le lendemain, il rigolait, jamais j'aurai cru qu'il était capable de la tuer. Elle essayait de se reconstruire, elle ne voulait plus le fréquenter, elle voulait une autre vie . Tout gâcher par un abruti"

Marche blanche / Mejdoub

" On s'est dit que cela aurait pu être nous"

"C'est un hommage, je sais qu'elle aimerait nous voir tous réunis, elle avait beaucoup d'amis" "Je la connais depuis la primaire, on est sous le choc, on n'arrive pas à réaliser " "Je ne la connaissais pas, mais je tenais à soutenir la famille" " Ca peut arriver à n'importe qui, on s'est dit que cela aurait pu être nous, tous les jeunes de Perpignan se sentent concernés" "rien ne justifie une telle violence" " J'espère qu'elle repose en paix"

Marche blanche / microtrot

Marche blanche - Radio France
Marche blanche © Radio France
Marche blanche - Radio France
Marche blanche © Radio France
Marche blance - Radio France
Marche blance © Radio France

"Erika avait l'âge de ma fille quand elle a disparu"

Dans le cortège également, les mamans de Tatiana Andujar et Marie-Hèlène Gonzalès, deux des "disparues de la gare de Perpignan" dans les années 90. Le meurtre d'Erika a aussitôt réveillé d'anciennes douleurs et elles ont tenu à être présentes pour cette marche blanche : "Quelque soit les circonstances, la douleur de perdre un enfant est la même pour toutes les mamans. Cette jeune fille a été assassinée par son petit copain, mais on l'a enlevée de sa famille, sa maman. On se souvient quand ça nous est arrivé il y a 20 ans et on se met à la place de la famille. Cette jeune fille avait 17ans, l'âge de ma fille quand elle a disparu, moi je suis très triste, on ne peut que se sentir concernée"

Marche blanche / maman de Tatiana

> LIRE AUSSI : Les autorités démentent tout lien avec un acte islamique radical  La maman d'Erika crie sa douleur après le meurtre de sa fille Un jeune homme reconnait le meurtre d'une jeune fille [Une jeune fille retrouvée égorgée au Parc Maillol](Une jeune fille retrouvée égorgée au Parc Maillol)