Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Marche de la colère" : les policiers appelés à se mobiliser dans la rue ce mercredi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Paris

A l'appel d'une intersyndicale inédite depuis près de 20 ans, les policiers défilent à Paris ce mercredi pour une "marche de la colère" sur fond de malaise de l'institution, de hausse des suicides et de réforme des retraites.

Manifestation des policiers en décembre 2018
Manifestation des policiers en décembre 2018 © AFP - Laure Boyer / Hans Lucas

Paris, France

La police est dans la rue. Tous les syndicats de police ont lancé un appel à une "marche nationale de la colère" ce mercredi 2 octobre à Paris. 

Une première unitaire depuis 2001

De mémoire de syndicalistes policiers, on n'avait pas vu un tel appel unitaire depuis 2001. 

A l'époque, la mobilisation avait été provoquée par le meurtre de deux policiers au Plessis-Trévise (Val-de-Marne) par un braqueur récidiviste.

15.000 à 20.000 manifestants espérés

Le cortège partira vers 12h30 de la place de la Bastille pour rejoindre celle de la République. Les organisations syndicales qui ont réussi l'union sacrée tous corps et tous grades confondus, espèrent une mobilisation exceptionnelle de 15.000 à 20.000 manifestants.

Des policiers venus de toutes les régions sont attendus : de la Manche, des Hauts-de-France, du Périgord,  ou encore  de Franche-Comté. 

Cinq points dont les retraites au cœur des revendications

L'élément déclencheur selon les syndicats policiers : une usure opérationnelle liée au mouvement social des "gilets jaunes", où la police a été accusée de violences, et un bond des suicides au sein de la Police nationale, un mal endémique dans l'institution.

Cinq points sont au cœur des revendications des policiers : "l'amélioration de la qualité de vie au travail", "une véritable politique sociale pour les agents du ministère de l'Intérieur", "une réponse pénale réelle, efficace et dissuasive", "la défense des retraites" et une future loi d'orientation et de programmation "ambitieuse".

Le futur big bang des régimes de retraite est en effet l'un des principaux points de tension entre l'exécutif et les syndicats policiers, qui craignent une remise en cause de leur avantageux système de bonifications. Les policiers bénéficient d'une bonification spéciale dite "du cinquième" ou "quinquennale", qui leur offre une annuité (quatre trimestres) de cotisation tous les cinq ans. Elle est plafonnée à cinq annuités. Pour être éligible à cette bonification, le fonctionnaire doit avoir exercé 27 années de service.

Les propos du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner assurant ce mercredi "qu'il y aura une modification de leur régime comme pour tous les Français, mais que la dangerosité de leur métier de policier sera prise en compte" sont loin d'avoir dissipé les inquiétudes des organisations syndicales.

50 suicides de policiers depuis janvier

Depuis début janvier, 50 agents de la police nationale se sont donné la mort. Ce bilan est bien plus élevé qu’en 2018, où 35 policiers se sont suicidés. 

Christophe Castaner a annoncé début septembre la mise en place d’un numéro vert pour tenter d’endiguer cette vague de suicides chez les policiers.

  - Visactu
© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu