Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Marche verte ce samedi contre les pesticides

samedi 26 mars 2016 à 7:00 Par Thomas Pontillon, France Bleu Paris et France Bleu

Alors qu'un rassemblement est prévu ce samedi après-midi à Paris, NatureParif publie une étude sur l'utilisation des pesticides en Ile de France. 18% des communes n'en utilisent plus. "Une trop lente amélioration" selon son président.

Ici à Clamart pas de pesticide mais du paillage à la place
Ici à Clamart pas de pesticide mais du paillage à la place © Radio France - Thomas Pontillon

Paris, France

Ils sont de plus en plus décriés par une partie de population et seront bientôt interdits dans l'espace public, les pesticides sont au cœur d'une marche organisée ce samedi à Paris. Les manifestants partiront de la place Denfert-Rochereau à 14h pour aller jusque sous les fenêtres du ministère de l'environnement situé sur le boulevard Saint-Germain. Un rassemblement qui tombe pendant la semaine pour les alternatives aux pesticides. Natureparif, l'agence régional pour la nature et la biodiversité, en profite aussi pour faire le point sur l'usage des pesticides dans la région.

Une trop lente amélioration des pratiques en Île-de-France

D'après l'étude de Natureparif, 232 communes n'utilisent plus de pesticides dans l'espace public dans la région. Celles qui en utilisent encore ont tendance a en réduire l'usage. 5% des collectivités n'ont pas du tout changé leurs habitudes. L'agence régional pour la nature et la bio-diversité relève également qu'un travail de pédagogie important reste à réaliser. 47% des villes utilisent encore le désherbage chimique pour la voirie. Le chiffre monte même à 69% pour les cimetières.

Des pratiques qui seront interdites le 1er janvier 2017 avec l'entrée en vigueur de la loi Labbé qui interdit l'usage des pesticides dans l'espace public par les collectivités.  "Certains maires disent ne pas en avoir entendu parler, c'est faux !" tranche Bruno Millienne, président de Natureparif . "Ceci dit, on ne les a peut-être pas assez accompagnés. Dire à un maire d'une commune de 1.000 habitants d’arrêter d’utiliser des pesticides dans son cimetière, pour lui ça n'a pas de sens car il en utilise de petites proportions. Je pense qu'ils le font en bonne conscience, pour eux c'est plus simple de vaporiser que de désherber mais ces maires ne se rendent pas compte de l'impact des produits.  Mais attention parce qu'au premier janvier le couperet va tomber pour eux. En théorie, n'importe quel citoyen pourra porter plainte et je pense que certaines associations environnementales le feront pour marquer le coup." conclut-il.

Image Natureparif - Aucun(e)
Image Natureparif

NatureParif publie une carte complète pour savoir quelles villes utilisent des pesticides et dans quel cadre. Pour consulter la carte interactive, cliquez ici.

ITW Bruno Millienne, Président de Natureparif

L'exemple de Clamart

La commune des Hauts-de-Seine a décidé de ne plus utiliser de pesticide depuis 2007. "On est passé de 200 litres par an à seulement 10 litres aujourd'hui" explique Christel Verine, la directrice des espaces verts. A la place, les services de la ville installent du paillage sur les massifs. "C'est du bois que nous récupérons après l'élagage, on le coupe en copeaux et il ressert. Sans lumière, la mauvaise herbe ne pousse pas." explique-t-elle. Christel Verine dispose aussi d'une autre arme 100% naturelle : les coccinelles. "On introduit des larves dans nos serres, puis elles mangent les pucerons. On recrée la chaine alimentaire en quelque sorte". La ville de Clamart, comme environ 240 autres en Ile-de-France, continue d'utiliser des pesticides pour quelques espaces spécifiques comme les équipements sportifs. "Si on arrache des mauvaises herbes sur un terrain de tennis en terre battue par exemple, la structure du sol s'abime. Dans ce cas on traite de manière chimique mais notre usage est très ponctuel". Aujourd’hui seulement 230 communes sur 1.281 dans la région n'utilisent plus du tout de pesticides.  Près de 600 autres ont amorcé une réduction.