Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Marches républicaines : pourquoi le 11 janvier 2015 est une journée historique

dimanche 11 janvier 2015 à 18:19 Par Audrey Morellato, France Bleu Saint-Étienne Loire

Ce dimanche restera dans l'histoire. Parce qu'aucun événement n'avait réuni autant de monde à Paris depuis la Libération. Parce que la mobilisation a été très importante partout en France, et même à l'étranger. Et parce que cette journée a rassemblé des dizaines de chefs d'Etat et de dirigeants du monde entier, dont l'arrivée a été organisée en à peine deux jours.

Mobilisation historique à Paris, autour de la place de la République
Mobilisation historique à Paris, autour de la place de la République © MaxPPP

Plus de deux millions de personnes à Paris

Ce dimanche 11 janvier 2015, la mobilisation a commencé plusieurs heures avant 15h, horaire prévu pour le début du défilé. La place de la République a été envahie, avec de nombreux crayons (géants ou pas), des panneaux, des banderoles. Et c'est inédit, il n'y a pas de décompte de la préfecture : trop de monde, c'est tout ce qu'on saura.

 

 

 

 

Tous les médias du monde sont venus couvrir l'événement. De nombreux journalistes du monde entier sont venus assurer des directs autour de la place de la République et tout au long du parcours, jusqu'à la place de la Nation .

 

 

C'est la plus grande mobilisation parisienne depuis la libération de la capitale en 1944. Les abords de la place de la République était en tout cas complètement saturés. Le ministère de l'Intérieur annonce sur Twitter que "l'ampleur de cette mobilisation sans précédent rend impossible un comptage précis" et que "les manifestants se sont dispersés sur un périmètre bien plus large que les trajets initialement prévus".

Le Premier ministre a salué un "moment inouï, extraordinaire" et "historique".

Une mobilisation géante d'autant plus remarquable qu'elle a été organisée en seulement deux jours. Les services de police étaient extrêmement vigilants et présents en très grand nombre. D'autant que la manifestation a également rassemblé de nombreuses personnalités. A commencer par les proches des 17 victimes des différentes attaques et les "survivants" de Charlie Hebdo, notamment le dessinateur Luz.

Luz, dessinateur de Charlie Hebdo - Radio France
Luz, dessinateur de Charlie Hebdo © Radio France - Martine Bréson

Immense mobilisation partout en France

230 défilés étaient organisés ce dimanche en France. Ils auraient rassemblé plus d'un million de personnes au total. Quelques exemples impressionnants :

A Lyon , un quart de l'agglomération a participé à la manifestation, soit 300.000 personnes.

La foule au rendez-vous à Lyon - Maxppp
La foule au rendez-vous à Lyon © Maxppp

A Bordeaux , 140.000 personnes étaient rassemblées autour de la place des Quinconces.

 

 

A Clermont-Ferrand , ils étaient 50.000.

 


A Strasbourg , 30.000 personnes dans la rue. Et toujours cette même volonté d'union et d'apaisement.

 

 

Des actions dans le monde entier

A des milliers de kilomètres, l'émotion a également mobilisé. La plupart du temps, c'est devant l'ambassade de France que les rassemblements étaient prévus. Il étaient 25.000 à Montréal, 18.000 à Berlin (Allemagne), 12.000 à Vienne (Autriche), 20.000 à Bruxelles , 3.000 à Stockholm et un millier à Londres , entre autres.

A l'autre bout du monde, à Buenos Aires , en Argentine, 2.000 personnes sont venues devant l'ambassade de France.

2.000 personnes devant l'ambassade de Buenos Aires - Aucun(e)
2.000 personnes devant l'ambassade de Buenos Aires

Une cinquantaine de dirigeants étrangers

Les dirigeants européens étaient les premiers à annoncer leur venue : Angela Merkel, David Cameron, Matteo Renzi ou encore Mariano Rajoy ont effectivement ouvert la marche républicaine, vers 15h30. Mais autour d'eux, nombre de chefs d'Etat ou de gouvernement ont également répondu à l'appel et ont tenu à faire le déplacement jusqu'à Paris. A noter la présence côte à côte de Mahmoud Abbas, le président palestinien, et Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien.

Ils ont d'abord été reçus à l'Elysée, puis sont arrivés en bus sur le parcours.

> Retrouvez notre dossier complet