Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Mardi noir" dans les lycées : 450 établissements perturbés

mardi 11 décembre 2018 à 10:35 - Mis à jour le mardi 11 décembre 2018 à 21:12 Par Germain Arrigoni, France Bleu

Des lycéens perturbent 450 établissements ce mardi et manifestent dans la rue pour protester contre la réforme du bac et contre Parcoursup. Il y a eu quelques incidents.

Des lycéens mobilisés à Reims ce mardi
Des lycéens mobilisés à Reims ce mardi © Radio France -

Les lycéens se mobilisent pour la deuxième semaine consécutive. Comme la veille, 450 lycées - sur un total de 4.000 que compte la France - étaient de nouveau bloqués totalement ou partiellement ce mardi dans toute la France et particulièrement dans les académies
d'Aix-Marseille, Versailles et Créteil.

Des manifestations sont en cours dans plusieurs villes, rapportent plusieurs rédactions de France Bleu.

Appel à un "mardi noir"

Les élèves appellent à l'abandon des réformes du lycée, du bac, de la voie professionnelle et de la loi ORE, introduite l'an dernier pour l'entrée à l'université et instituant la controversée plateforme Parcoursup dans le sillage du mouvement des "gilets jaunes". Les étudiants protestent, eux, contre l'augmentation des frais d'inscription à la faculté pour les jeunes étrangers. 

Alors que dans son allocution lundi soir, le président Emmanuel Macron n'a pas évoqué ce mouvement lycéen, la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a en revanche déploré mardi matin "une manipulation" menée par "l'ultragauche" et "certains députés de La France insoumise".

"Des dizaines de milliers" de lycéens sont mobilisés ce mardi matin et "ont suivi l'appel" à participer à un "mardi noir", a affirmé le syndicat lycéen UNL-SD. Le syndicat appelle aussi les lycéens, étudiants et fonctionnaires de l'Éducation nationale à rejoindre l'appel à la grève du syndicat national de l'enseignement supérieur SNESUP-FSU jeudi, "afin de réaliser la convergence des luttes".

170 lycées perturbés, rares incidents 

A Nantes, des gendarmes mobiles ont été caillassés vers 9h ce mardi matin, près du lycée des Bourdonnières où le mouvement est le plus suivi, et ont utilisé des bombes lacrymogènes, a indiqué France Bleu Loire-Océan. La situation a rapidement dégénéré, notamment à cause de la présence d'"éléments extérieurs" au lycée. 

En Ile-de-France, la situation est aussi tendue à Boulogne (Hauts-de-Seine) au lycée Jacques Prévert. Des feux de poubelles ont été allumés et ont entraîné l'intervention des pompiers, a indiqué une source à une journaliste de franceinfo. Une vingtaine de CRS a été déployée afin de sécuriser l'arrivée en classe des élèves de la maternelle qui se situe en face du lycée.

A Strasbourg, 23 personnes ont été interpellées après des affrontements avec les forces de l'ordre qui ont essuyé des jets de projectiles et de cocktails molotov.

A Amiens, vers 7h ce matin, des lycéens de la Hotoie ont été évacués par la police, avant de pouvoir réinstaller leurs barrières, a indiqué France Bleu Picardie.

Dans l'académie de Montpellier, on comptait une trentaine d'établissements perturbés.

Sur l'académie de Rennes, le rectorat recensait 24 lycées touchés par le mouvement : 12 bloqués et 12 perturbés. 

L'académie d'Orléans-Tours ne comptabilisait, elle, qu'un seul lycée "en blocage filtrant".

La situation près de chez vous

.