Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Marie-Aude Bur, chef d'entreprise dans la Marne : "la parité en entreprise est nécessaire"

mercredi 8 mars 2017 à 11:35 Par Vianney Smiarowski, France Bleu Champagne-Ardenne

Un triste constat pour cette journée internationale des droits des femmes : elles sont toujours payées environ 20% de moins que les hommes. Autre constat, les métiers de l’industrie ont toujours du mal à attirer les filles. Témoignage de Marie-Aude Bur, entrepreneuse à Sillery dans la Marne.

Journée de la femme
Journée de la femme © Maxppp - /

Marie-Aude Bur était l’invitée de France Bleu Champagne Ardenne ce mercredi. Cette marnaise a créé son entreprise en 2004, Transmatik, aujourd’hui fusionnée avec le groupe Airwork Industries. Cette entreprise est spécialisée dans la fabrication de vérins hydrauliques et pneumatiques. Marie-Aude Bur emploie huit personnes dont seulement deux femmes. Pourtant, pour elle, l’égalité homme femme cela passe forcément par la parité en entreprise "c’est même nécessaire. Des femmes avec des hommes en entreprise, c’est une mixité intéressante. Aujourd’hui, les hommes avec la gente féminine c’est du rire, c’est de la recherche, c’est du développement, c’est une envie de réussir ensemble donc pour moi, il faut que toutes les entreprises arrivent à ce quota de 50-50 parce que je trouve cela très intéressant" explique Marie-Aude Bur.

Mais dans l’industrie, pas facile d’attirer les filles…

"Dans l’industrie ce n’est pas facile parce que lorsque vous recevez des CV c’est 98% d’hommes qui vous écrivent. Les femmes n’écrivent pas, alors je pense qu’il y a un travail de fond à faire au niveau de l’éducation des jeunes filles et de l’enseignement. Il faut peut-être ouvrir nos portes pour pouvoir dire aux femmes "aller vers les métiers techniques, essayez d’être ingénieur, essayez d’avoir un BEP ou un CAP et venez nous rejoindre parce que vous verrez très bien que ce sont des choses intéressantes à voir et à faire". En plus, avec l’aire du numérique cela pourrait permettre de faciliter les choses“" dit Marie-Aude Bur.

Dans l’industrie, la formation pas assez tournée vers les filles

"Oui, parce que les filles n’y pensent pas d’elles même. Il faut simplement y penser. Si on ouvre nos portes, forcément, on va montrer quelque chose auquel les filles n’avaient pas pensé. Même moi, quand j’ai commencé mes études je me suis d’abord orientée vers du marketing et pas du tout vers l’industrie. Ensuite, j’ai fait du marketing industriel et j’ai rencontré des hommes et des femmes dans des usines et j’ai adoré. Je me suis dit ça c’est un travail d’exception. Ouvrir mon entreprise c’était un challenge. Nous les femmes nous sommes 0,2% à créer des entreprises dans la mécanique. Donc vous imaginez, c’est un pont d’or pour toutes les femmes qui veulent réussir et créer quelque chose" détail Marie-Aude Bur.

Développer les mouvements féministes "si cela apporte quelque chose"

Les mouvements féministes "peuvent se développer s’ils apportent quelque chose. Aujourd’hui, je pense que le gouvernement a fait beaucoup pour réduire les inégalités entre les hommes et les femmes. Ce n’est pas suffisant certes mais maintenant il faut peut-être voir aussi quelles sont les sanctions que l’on peut apporter aux entreprises qui ne veulent pas s’occuper de ce problème. Moi j’essaie d’être la plus juste possible et plus on aura de femmes qui nous écriront, plus on pourra avoir cette diversité que l’on n’a pas aujourd’hui" regrette Marie-Aude Bur.

Marie-Aude Bur au micro France Bleu de Vianney Smiarowski