Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Marne : des maires formés par des négociateurs du GIGN pour mieux gérer les incivilités

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Dans la Marne, la Gendarmerie forme les maires pour leur apprendre à gérer les incivilités, à réagir face à une agression verbale. Plus de 80% des élus, maires et adjoints, du département vont être formés d'ici le mois de juin prochain par deux négociateurs du GIGN.

Les élus sont formés à mieux gérer les agressions verbales qu'ils peuvent subir au quotidien.
Les élus sont formés à mieux gérer les agressions verbales qu'ils peuvent subir au quotidien. © Radio France - Stéphane Maggiolini

C'est une étape supplémentaire dans le lien entre les municipalités et la Gendarmerie. Deux négociateurs du GIGN forment, jusqu'au mois de juin, des maires et adjoints pour leur apprendre à bien réagir face aux incivilités et insultes qu'ils peuvent subir au quotidien. Dans la Marne, 550 élus ont répondu positivement à la proposition de la gendarmerie, soit plus de 80% des élus du département. Un succès qui répond à une demande de plus en plus forte des élus, plus ou moins expérimentés, de plus en plus confrontés à des situations conflictuelles.  

Une tension accrue par la crise du Covid-19

Le conflit n'est pas réservé aux grandes villes, même les communes rurales y sont confrontées, "parce que nos populations ont changé", estime Catherine Pujol, maire de Mairy-sur-Marne. "D'abord parce que les gens de la ville viennent de plus en plus à la campagne et s'attendent à un service public rapide et efficace et ça nous retombe dessus quand ça ne va pas assez vite. Il y a aussi le regard de certains de nos administrés qui a changé, on nous considère avec peut-être moins de respect qu'avant", confie l'élue qui en est à son troisième mandat et qui a déjà fait face à des insultes et des coups de pression.

Des signes d'agressivité qui ont tendance à augmenter ces dernières années et la crise sanitaire y joue, en partie, un rôle. "On voit bien que les gens en ont marre des mesures, ils perdent patience, ça se répercute dans leur vie quotidienne, dans les échanges sociaux qui se tendent. Nous, élus, ont craint surtout la fin de la crise où les gens vont vouloir se lâcher et c'est là où nous devrons bien savoir réagir pour les empêcher de faire n'importe quoi dans nos communes", explique Freddy Mellet. Maire de Somme-Vesle depuis 2020, ce marnais profite de cette formation pour échanger avec des collègues plus expérimentés.

Priorité au dialogue

Dans cette formation, les élus reçoivent une boîte à outils pour parer à des insultes, pour ramener le calme dans un conflit de voisinage par exemple. "Dialogue, écoute, empathie sont les mots qu'on leur demande de retenir", dit le major Y, négociateur régional au GIGN. "On leur fait faire ensuite des jeux de rôle pour les mettre en situation, voir comment ils appliquent nos conseils de négociateurs spécialisés dans les situations à risque."

Des outils qui ne fonctionnent que face aux insultes." Tant qu'il y a un échange, même si le ton peut monter, on peut discuter, poser des questions, acquiescer pour ramener le calme et se positionner au final comme un élu et regagner le respect. Dès qu'il y a une menace pour l'intégrité physique de l'élu ou sa famille, c'est évident qu'on n'est plus dans le dialogue mais dans l'infraction, le maire n'est plus compétent et doit se retirer, porter plainte et laisser les forces de l'ordre intervenir", précise le gendarme.

Pour le moment la formation est réservée aux maires et adjoints, elle pourrait bientôt être proposée aux agents de mairie, aux secrétaires, eux aussi exposés au public et souvent en première ligne face aux critiques.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess