Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Marne : 278 femmes victimes de violences conjugales depuis le début de l'année

mercredi 22 novembre 2017 à 11:17 Par Annelaure Labalette et Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne

Depuis le début de l'année, les gendarmes de la Marne ont recensé 278 femmes victimes de violences conjugales. Ces dix derniers mois, ils ont réalisé 725 interventions en rapport avec des violences dans la sphère familiale. Une situation face à laquelle les professionnels tentent d'agir.

Il y a un numéro d'écoute pour les victimes ou les témoins de violences.
Il y a un numéro d'écoute pour les victimes ou les témoins de violences. © Maxppp - Thomas Padilla

Marne, France

Aujourd'hui en France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon. "C'est une hantise d'intervenir sur des faits très graves que l'on aurait pu éviter", avoue le commandant Quersin, référent violences conjugales pour la gendarmerie de la Marne, alors que 725 interventions en rapport avec des violences dans la sphère familiale ont été enregistrées dans les 10 premiers mois de l'année. Des gendarmes qui ne sont pas seuls en première ligne. A Vitry-le-François, comme dans 5 autres brigades de gendarmerie de la Marne, des permanences d'écoute sont ouvertes au sein même de la gendarmerie.

Elles sont tenues par des intervenants sociaux de l'association "Le Mars" qui écoutent et recueillent la parole de ces femmes victimes de violences au sein du couple."Elles ont peur de tout perdre, surtout quand il y a des enfants ,et ça c'est très très compliqué", explique Cécilia Laforge qui effectue une permanence deux jours et demi par semaine à Vitry-le-François. La moitié du temps, les victimes viennent dans son bureau avant de porter plainte : "c'est plus facile je pense de venir parler à un civil et puis des fois il faut juste la persuader de porter plainte, elle a l'idée mais elle ose pas...".

Le monde médical également en première ligne

Les violences peuvent être physiques, mais également psychologiques notamment après un divorce ou une séparation. Au quotidien, le rôle des médecins est aussi primordial car c'est souvent à lui que les femmes osent se confier. Dans la majorité des cas, les violences faites aux femmes sont détectées lors des consultations gynécologiques en cas de grossesse, pendant un simple suivi médical après un accouchement ou encore dans les services d'Urgences. Les médecins posent simplement la question : "Etes-vous victime ou avez vous été victime récemment de violences?"

Interview du Docteur Richard Mattis, gynécologue obstétricien, référent de l'association "Gynécologie sans frontières"

Le rôle du médecin est d'être le plus bienveillant possible et d'orienter la patiente vers d'autres professionnels de la santé. Le Docteur Richard Mattis, gynécologue obstétricien au sein de l'association "Gynécologie sans frontières" milite également pour la mise en place de référents dans les hôpitaux pour faire le lien avec la justice et la police sur ces questions. Richard Mattis expliquera ces besoins lors d'un colloque européen organisé ce vendredi à Tinqueux, près de Reims. Un colloque ouvert aux professionnels mais aussi au public.

Scène de violence conjugale - Maxppp
Scène de violence conjugale © Maxppp - FRANCOIS DESTOC

Les violences conjugales ont également des conséquences sur les enfants, qui sont parfois témoins ou eux même victimes. Là aussi pour le docteur Mattis, "il est très important de les prendre en charge car on constate que la plupart du temps, les victimes de violences ou les auteurs ont vécu dans un climat de violence familiale dans leur passé". D'après l'Observatoire des violences faites aux femmes de l'INSEE, 143.000 enfants vivent aujourd'hui dans un foyer où une femme a déclaré des violences physiques et/ou sexuelles.

INFOS PRATIQUES

  • 3919: c'est le numéro gratuit à composer si vous êtes témoin ou victime de violences intra familiales
  • Epernay: ciné débat ce mercredi 22 novembre à 20h au cinéma Le Palace avec projection du film "Le paradis des bêtes"
  • Tinqueux: colloque européen sur le thème des violences faites aux femmes avec intervention des professionnels de santé ce vendredi 24 novembre à la salle des fêtes de 8h à 17h.