Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Marque touristique de la Loire Atlantique, « Ohlala » est aussi un nouveau service de prostitution !

mercredi 26 août 2015 à 14:59 France Bleu Loire Océan

Il y a six ans, naissait la marque de promotion touristique « Ohlala », comme « Oh la Loire Atlantique ». Un label qui pourrait bien souffrir d’une concurrence inattendue !

Marque touristique de la Loire Atlantique, « Ohlala » est aussi un nouveau service de prostitution !
Marque touristique de la Loire Atlantique, « Ohlala » est aussi un nouveau service de prostitution ! © Radio France

« Ohlala » , c’est le nouveau site internet allemand dont tout le monde parle. Surnommé le « Uber de la prostitution », il met en relation des clients et des prostituées. Sauf que, « Ohlala » , c’est aussi la marque touristique de la Loire Atlantique. Attention à la confusion !

« Ohlala » , version Loire Atlantique est né il y a six ans. Une création du département, pour répertorier sur un même site les hébergements, les restaurants, et les activités à faire dans le département. Sur ohlaloireatlantique.fr, on trouve donc des hôtels, des gîtes, de bonnes adresses pour déjeuner ou dîner… Mais attention, maintenant sur internet, le site de la Loire Atlantique n’est plus forcément le premier à apparaître.

"On ne voudrait pas passer pour un hôtel de passe"

Et ça fait bien rire Léa Evano. Cette jeune femme est réceptionniste dans un hôtel du centre de Nantes : « Ohlala, c’est une façon de nous faire connaître, alors quand j’ai appris ça, ça m’a fait rire, mais ça peut aussi nuire à notre réputation. Sachant qu’on est un hôtel, on pourrait croire qu’on accepte facilement ce genre d’échange (clients/prostituées), alors que ce n’est absolument pas le cas, c’est tout ce qu’on ne veut pas ! »

 

ohlala eva WEB

 

Il faut reconnaître que le risque de confusion n’est pas énorme non plus : le label « ohlala » parle peu. Nombreux sont les Nantais et les touristes de passage à ne jamais en avoir entendu parler.

 

Le Conseil départemental envisage de porter plainte

 

Le conseil départemental s’interroge déjà depuis un moment sur la pertinence de cette marque, et plus globalement de sa stratégie touristique. Il planche sur de nouvelles pistes qu'il présentera début 2016. Et parmi ces pistes, peut-être un changement de nom pour "Ohlala".

Mais pour Françoise Haméon, vice présidente du Conseil départemental de Loire Atlantique en charge du tourisme, du littoral et de la mer, là n'est pas l'urgence : "si ces propos peuvent prêter à sourire, moi ça ne me fait pas rire. Le changement de nom d'Ohlala, c'est une réflexion qu'on a déjà lancée, ceci étant, la réponse à apporter aujourd'hui, c'est une réponse juridique, puisque cette marque est déposée. On a donc lancé, à ma demande, une étude juridique pour voir le niveau de protection" et pourquoi pas à terme, porter plainte.

ohlala haméon web