Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Masques en tissus : plus aucune commande pour les entreprises du Tarn

-
Par , France Bleu Occitanie

Une vingtaine d’entreprises du Tarn, principalement autour de Castres, ont participé à "l’effort de guerre" en se mettant à fabriquer des masques. Mais depuis une semaine environ, les commandes sont à l’arrêt. Le marché est clairement saturé.

Des masques en tissus produits dans une vingtaine d'entreprises du Tarn.
Des masques en tissus produits dans une vingtaine d'entreprises du Tarn. © Radio France - SM

Après la pénurie, le trop plein ! La France produit-elle trop de masques ? Une question d'autant plus déconcertante qu’on a manqué de masques au début de la crise.  Aujourd'hui pourtant, les masques en tissu inondent le marché et certaines entreprises françaises se retrouvent avec des invendus sur les bras. Et ce alors qu’on leur a demandé "un effort de guerre". 

Dans le Tarn, une vingtaine d’entreprises fabriquent ou ont fabriqué des masques. Mais c’est Jules-Tournier qui en a fourni le plus.  Une fabrique de tissus basée à Mazamet. Et de fabricant de tissus, l’entreprise s’est mise à fabriquer 100.000 masques par jour. Des millions de masques pour la Région, pour des communes, des entreprises. Avec des salariés qui font des heures supplémentaires. Et puis, plus rien.  Le téléphone qui ne sonne plus et plus aucun mail dit Vincent Bonneville, le PDG de Jules-Tournier. "On a entre 200.000 et 300.000 masques en trop, en stock. On n'a plus de demandes."  Et pendant ce temps-là, d’autres masques inondent le marché. "Est-ce que c’est judicieux de vendre au grand public des masques chirurgicaux que les gens jettent dans la rue ?"

Les masques des communes fabriqués à l'étranger 

Et chez Regain, à Labruguière, Laurent Brunas ironise sur le nouveau monde qu’on nous avait promis pendant le confinement. "Une ville comme Toulouse a acheté 500.000 masques fabriqués au Pakistan. Une ville comme Castres, c’est 55.000 habitants et des masques fabriqués au Vietman. On prend les mêmes et on recommence. Il n’y a eu aucune leçon." 

Chez Jersey Création, tout s’arrête aussi. Mais Sébastien Vergne veut voir le bon côté des choses. "On a fabriqué 53.000 masques et du jour au lendemain, tout s’est arrêté. Je ne veux pas cracher dans la soupe. Cela nous a permis de vivre, de passer la crise et de se faire connaître auprès des sociétés et des collectivités locales."

L’exception Missègle 

L'entreprise Missègle, qui fabrique des chaussettes à Burlats, continue, elle, d'avoir quelques commandes. Mais uniquement des particuliers. Pour le moment 186.000 masques ont été produits ce qui a permis d'acheter deux machines pour tester le Covid-19 pour les hôpitaux tarnais (un don de 123.000 euros. Un euro a été reversé par masque. Et les machines ont déjà été livrées.) 

Et pour aider les entreprises françaises, le gouvernement incite toutes les entreprises à se fournir français grâce au site savoirfaireensemble.fr

Choix de la station

À venir dansDanssecondess