Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Massacre d'Ascq, près de Lille : l'ancien soldat SS Karl Münter est mort à 96 ans

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Il était le dernier soldat allemand encore en vie à avoir participé au massacre de 86 habitants du village d'Ascq, près de Lille, en avril 1944. Il avait été mis en accusation récemment par la justice allemande pour des propos négationnistes.

Il y a 70 ans, le massacre d'Ascq
Il y a 70 ans, le massacre d'Ascq © Radio France

Villeneuve-d'Ascq, France

C'est un espoir qui s'éteint. Celui, pour les familles de victimes, de voir enfin Karl Münter être mis face à la vérité des crimes commis dans la nuit du 1er au 2 avril 1944. Cet ancien soldat SS est mort ce vendredi 20 septembre. Il allait avoir 97 ans le 22 novembre. Son état de santé s'était dégradé ces derniers mois. Jusqu'au bout, il aura nié la réalité des faits historiques : cette nuit d'avril 1944 lorsqu'avec d'autres soldats SS, il ira jusqu'à sortir de leur lit 86 habitants d'un petit village proche de Lille, et les abattre. Lui affirmait qu'ils étaient tous résistants, responsables du sabotage juste avant d'un train allemand. Il s'agissait plutôt de représailles, d'innocents pris au hasard

Déception de ne jamais avoir de procès

Pour l'historienne Jacqueline Duhem, qui a écrit un ouvrage sur le massacre d'Ascq, c'est 

C'est une très grande tristesse. Je prends conscience que l'affaire judiciaire est en train de se clore.

"C'était la dernière possibilité d'avoir un procès en Allemagne où on mettait en évidence qu'il y avait eu un massacre et non, comme le disent les Néo-Nazis dont Karl Münter, qu'ils avaient riposté à une attaque terroriste (nom donné par les Nazis aux résistants)"

On ne réclamait pas vengeance, on voulait rétablir la vérité sur ce qu'il s'était passé

Dans une interview donné à la télévision allemande en novembre 2018, Karl Münter justifiait encore ce massacre, ne présentant aucune excuses et minimisait l'extermination des juifs par le régime nazi lors de la seconde guerre mondiale. Le parquet d'Hildesheim, près d'Hanovre, avait mis en accusation cet ancien soldat SS en juillet 2019 pour "incitation à la haine raciale" et "atteinte à la mémoire des morts". des expertises médicales avaient ordonné pour savoir si cet homme très âgé était en capacité d'assister à un procès. Il sera donc parti dans la tombe avec ses certitudes antisémites et ses mensonges historiques.

Choix de la station

France Bleu