Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Massif du Sancy : une matinée avec le Peloton de Gendarmerie de Montagne

mercredi 8 août 2018 à 17:11 Par François Rauzy, France Bleu Pays d'Auvergne

Dans la nuit de mardi à mercredi, les gendarmes du PGM (Peloton de Gendarmerie de Montagne) ont porté secours à trois touristes égarés dans le Massif du Sancy. Une mission fréquente l'été, où le nombre d'opérations s’accroît pour ces gendarmes spécialisés dans les zones montagneuses.

Les gendarmes du PGM du Mont Dore
Les gendarmes du PGM du Mont Dore © Radio France - François Rauzy

Puy de Sancy, Le Mont-Dore, France

L'été, la période la plus agitée pour les gendarmes du PGM du Mont Dore dans le Sancy. Dans la nuit de mardi à mercredi, ils ont pu secourir trois randonneurs perdus sur les crêtes du Massif du Sancy. Nous avons passé une matinée en patrouille avec Jean-Christophe Agut et Lionel Aguilar, tous deux maréchaux des logis-chefs au PGM du Mont Dore.

9h30 - Le départ en patrouille

Avant de partir, Lionel Aguilar vérifie le matériel pour les opérations de secours dans le coffre du quatre-quatre : " Je regarde s'il y a ce qu'il faut dans les sacs de première urgence. [...] Ensuite, vérification du 'lot victimes', au cas où l'on doit faire un sauvetage simple mais dans une zone escarpée." Un lot qui comporte une culotte de treuillage ainsi qu'un casque pour la victime. Tout est en ordre. Avant de monter, les deux hommes s'assurent que le contact radio avec leur base fonctionne. C'est le cas. Direction le col de la Cabane pour la patrouille.

9h45 - Le trajet jusqu'au col

Dans le quatre-quatre, mieux vaut ne pas avoir le mal de mer. On emprunte les sentiers de randonnée et parfois même les zones skiables en hiver pour rejoindre le col. Et ça secoue ! On se dirige donc vers le col de la Cabane. Jean-Christophe Agut : " C'est là que les gens vont le plus souvent pour faire le sommet du Sancy, et où on sera le plus utiles pour surveiller les touristes. " Sur le trajet, le chef Agut nous explique que les missions sont plus nombreuses l'été. La raison : les pistes de ski sont couvertes par les pisteurs en hiver, et reviennent sous le contrôle du PGM en été. L'occasion aussi de nous raconter la mission la plus périlleuse de sa carrière : " C'était à crête de Coq, un bloc de pierre était tombé sur une grimpeuse. C'était périlleux parce que c'était médicalisé et ça avait été très compliqué d'extraire la dame. On avait dû utiliser l'hélicoptère et heureusement tout s'était bien passé. Six mois plus tard elle venait prendre le café au PGM. "

10h10 - Passage par le téléphérique

Les deux hommes décident de s'arrêter au téléphérique, où régulièrement des touristes qui se sont blessés viennent se manifester. Bingo, une randonneuse s'est foulée la cheville et fait une pause avec son mari. Un petit bobo, les gendarmes conseillent au couple de redescendre par le téléphérique pour rejoindre la station. 

10h45 - Patrouille sur le col de la Cabane

On gare le véhicule sur un sentier, et très vite Jean-Christophe et Lionel sont sollicités. Les touristes viennent demander des conseils pour les itinéraires, s'enquérir de la météo à venir... Au bout de plusieurs dizaines de minutes, une touriste belge s'approche des deux hommes, elle souffre d'un léger saignement à l'arcade : " Je suis tombée dans les escaliers de la balade ! Mais ça va je peux encore marcher sans souci. " Le chef Agut sort la trousse de secours : " J'ai un mariage dans une semaine, j'espère que vous n'allez pas trop m'amocher " lance la touriste dans un sourire. Les gendarmes ont prévu les pansements, mais pas la trousse à maquillage. On croise ensuite des guides de montagne, avec lesquels les deux hommes échangent pour savoir si des comportements à risque ont été constatés sur les sentiers de randonnée. Ce qui n'est pas le cas, heureusement.

Jean-Christophe Agut et Lionel Aguilar en surveillance sur le massif - Radio France
Jean-Christophe Agut et Lionel Aguilar en surveillance sur le massif © Radio France - François Rauzy

12h - Fin de patrouille

Il est l'heure de redescendre vers la station. L'occasion de faire le bilan avec le chef Agut : " Ce matin, on a surtout fait de la bobologie, mais on aussi prodigué des conseils aux randonneurs. Ca fait partie du métier ! " Le moment aussi pour rappeler les conseils de sécurité pour les personnes qui souhaitent vadrouiller dans le Massif : " Il faut une vraie paire de chaussures de montagne, qui tienne bien la cheville, et une paire de bâtons. Il faut bien s'informer sur les trajets et les sentiers que l'on va emprunter, et bien penser à prendre le bulletin météo. Bien équipé, bien renseigné et là on peut passer une vraie bonne journée sur le massif ! "