Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : La mobilisation des habitants contre la fermeture de la maternité du Blanc dans l'Indre

Le Blanc : un bébé naît aux Urgences après la fermeture de la maternité

mardi 4 décembre 2018 à 6:01 Par Carl Dechâtre, France Bleu Berry et France Bleu

Depuis la fermeture définitive de la maternité le 19 octobre, le premier bébé né au Blanc a été mis au monde aux Urgences. Sa maman n'a pas eu le temps de rejoindre une maternité située à une heure de route. Cela s'est produit vendredi dernier et s'est heureusement bien terminé.

C'est aux Urgences de l’hôpital blancois, à une dizaine de mètres des locaux désormais déserts de la maternité, que le bébé à vu le jour
C'est aux Urgences de l’hôpital blancois, à une dizaine de mètres des locaux désormais déserts de la maternité, que le bébé à vu le jour © Radio France - Carl Dechâtre

Le Blanc, Indre, Centre-Val de Loire, France

C'est le premier bébé né au Blanc depuis la fermeture "temporaire" (le 28 juin) puis définitive de la maternité de l’hôpital le 19 octobre dernier. Isra une petite fille de 52 cms et 3.6 kilos a vu le jour au sein du service des Urgences dans la nuit de vendredi (30/11) à samedi (1/12) dernier. Prise de violentes contractions, sa maman Leila* n'a pas pu rejoindre les maternités les plus proches (Poitiers ou Châteauroux) situées à une heure de route chacune. Face à l'urgence le personnel médical du SMUR n'a pas eu d'autre choix que de l'amener aux Urgences, à quelques mètres des locaux désormais déserts de la maternité. La maman a accouché un quart d'heure après son arrivée dans le service. L'enfant et la mère transférées depuis à la maternité de Châteauroux sont en parfaite santé mais cet événement - prédit depuis le début par les opposants à la fermeture de la maternité - ravive leurs craintes et leurs interrogations : Que se serait-il passé en cas de complications ?

Père heureux mais lucide

Mohamed,ne cherche pas la polémique mais se pose légitimement la question. Car la surprise a été totale. Son épouse était suivie régulièrement et, quelques jours plus tôt, un médecin estimait que l'accouchement se produirait au terme c'est à dire 15 jours plus tard. Mais comme celà arrive fréquemment dans ce genre de cas, la nature a déjoué les pronostics. Heureux papa, il ne peut que constater l'évidence : cette nuit là il était impossible de rejoindre à temps la maternité la plus proche.

Le préfet élude la question

Ce lundi (03/12) les représentants du collectif Cpasdemainlaveille - opposants à la fermeture de la maternité - qui rencontraient le préfet de l'Indre pour la première fois n'en demandaient pas temps pour appuyer leurs revendications. Mais pendant une entrevue qu'ils ont qualifié de "décevante" le premier représentant de l'Etat dans le département a évacué la question et confirmé que la fermeture de la maternité était définitive. "L’objectif résolu et affirmé est de mobiliser l’ensemble des forces vives, en confiance, sur l’avenir de l’hôpital du Blanc et l’offre de soins dans l’Indre." précise dans un communiqué la préfecture qui appelle donc à tourner la page. Un argumentaire que rejettent les membres du collectif de défense de la maternité du Blanc et qui les renforce un peu plus dans leur volonte de mener jusqu'au bout leur dernière action lancée samedi dernier : la Marche des Oreilles. Hier encore une vingtaine de personnes ont participé à l'étape du jour de cette marche collective qui a pour but de rallier Le Blanc à Paris, à pied, en 16  jours  pour porter leurs revendications auprès de l'exécutif.

Les marcheurs progressent de 20 à 30 kms chaque jour.  Ils passeront leur pause de ce mardi (04/12) midi à un endroit très symbolique l'hopital de Châteauroux. L'escale de ce mardi soir est prévue à Coings. 

* Le prénom a été modifié