Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People

Max Gallo le Niçois

mercredi 19 juillet 2017 à 20:06 Par Florian Cazzola, France Bleu Azur

Max Gallo, académicien et historien, est mort, ce mercredi à l'âge de 85 ans. Ce passionné de l'histoire de France était né à Nice et avait fait ses études au lycée Impérial. En 1944, il avait notamment assisté à la libération de la ville par les alliés.

L'historien et académicien niçois Max Gallo est mort à l'âge de 85 ans.
L'historien et académicien niçois Max Gallo est mort à l'âge de 85 ans. © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Nice, France

Max Gallo est mort ce mercredi à l'âge de 85 ans, des suites d'une longue maladie. Après Simone Veil, il y a quelques semaines, c'est une autre grande figure niçoise de l'histoire de France qui s'éteint.

Sa famille, immigrée italienne, s'était installée à Nice au début du siècle dernier. Ce passionné d'histoire a fait toutes ses études au lycée Impérial, dans le centre-ville. Il obtient d'abord un CAP de mécanicien ajusteur avant de passer son baccalauréat technique. Le futur homme politique débute sa carrière professionnelle dans la fonction publique, à Antibes, en tant que technicien à l'ORTF (l'Office de radiodiffusion-télévision française, ancêtre de Radio France).

Max Gallo, de surveillant à professeur d'histoire à Nice

En parallèle de son emploi à Antibes, Max Gallo poursuit ses études d'histoire. Pour cela, il s'éloigne quelques mois de la Côte d'Azur, à Chambéry. Il entre dans l'enseignement par la petite porte, en tant que surveillant. Il devient ensuite maître auxiliaire en Savoie. Au début des années 1960, il obtient son agrégation d'histoire et devient professeur au lycée Masséna de Nice.

Mais Max Gallo ne s'arrête pas là. Témoin de la libération de Nice par les Alliés en 1944, il passe son doctorat et devient docteur en histoire pour enseigner à l'université de Nice.

Jean Gilli, historien niçois, était étudiant au lycée Impérial avec Max Gallo, il a enseigné l'histoire à l'Université de Nice durant les mêmes années, les deux hommes se côtoyaient régulièrement depuis cette époque.

Jean Gilli, historien niçois

Un des derniers députés PS des Alpes-Maritimes

L'enfant de l'avenue de la Victoire, aujourd'hui rebaptiséeJean Médecin, milite au Parti communiste jusqu'en 1956. Il abandonne ensuite l'extrême-gauche, qu'il juge incompatible avec ses études, mais il garde une orientation marquée à gauche. Il adhère au Parti socialiste en 1974 et est élu député des Alpes-Maritimes sept ans plus tard.

En 1983, il se fait battre aux élections municipales à Nice, ce qui le conduit à Bruxelles un an plus tard, où il siégera pendant dix ans, en tant que député européen. Max Gallo est l'avant-dernier député PS élu des Alpes-Maritimes.

A Nice, ils sont nombreux à se souvenir de Max Gallo

Entre 1983, il intègre le gouvernement de François Mitterrand comme secrétaire d'État et porte-parole du gouvernement. Plus récemment, il a soutenu Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle en 2007.

Un auteur passionné par sa ville d'origine

Il est l'un des plus grands écrivains de _best-selle_r en France. Max Gallo a écrit près de 200 ouvrages, principalement sur l'histoire. Dans les années 1970, il publie la trilogie "La Baie des Anges" aux éditions Robert Laffont.

"Il était un des tauliers du salon du livre de Nice, se souvient Franz Olivier Giesbert, qui l'a rencontré à de multiples reprises. Dès qu'il retournait à Paris, on le sentait ailleurs. Il aimait passionnément cette ville. Depuis quelques années, il ne venait plus à cause de ses problèmes de santé mais la ville de Nice est toujours restée gravée dans son cœur."

"La Baie des Anges" a particulièrement marqué Rudy Salles, conseiller municipal niçois, ex-député des Alpes-Maritimes.

Rudy Salles, conseiller municipal niçois

Avant que Simone Veil ne le rejoigne à l'Académie française, Max Gallo était le seul Niçois à y siéger. Il était devenu "immortel" en 2007 à la place du philosophe Jean-François Revel.

Ses obsèques seront célébrées, ce vendredi à 10h30, en l'église Saint-Étienne-du-Mont, à Paris.