Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Médicaments rapportés en pharmacie : le Grand Est sort du lot

mercredi 10 octobre 2018 à 16:19 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu Lorraine Nord

Les habitants du Grand Est sont des champions du recyclage de médicaments. L'association Cyclamed qui récupère gélules, pilules et autres comprimés non-utilisés et déposés en pharmacie confirme : dans la grande région, ce geste citoyen devient un réflexe du quotidien.

Toutes les pharmacies de France ont l'obligation d'accepter vos médicaments non-utilisés
Toutes les pharmacies de France ont l'obligation d'accepter vos médicaments non-utilisés © Maxppp - Jean-Luc Flémal

Grand Est, France

Les vieilles pilules qui traînent sur la commode, les gélules périmées dans le tiroir, les anciens comprimés au fin fond de la trousse à pharmacie : on prend tout, on fait le tri et on dépose à la pharmacie. Dans ce domaine, les habitants du Grand Est font partie des meilleurs élèves de France.

Selon les derniers chiffres rapportés cette semaine par Cyclamed, (l'association qui s'occupe de la valorisation des médicaments non-utilisés), notre grande région est dans le TOP 5 français. L'an dernier, elle a récupéré 180 grammes par habitants du Grand Est, contre 164 au niveau national.

Recyclage de médicaments : la région Grand Est fait partie du TOP 5 français - Aucun(e)
Recyclage de médicaments : la région Grand Est fait partie du TOP 5 français - Dossier de presse 2018 - Cyclamed

Deux tiers des médicaments sont valorisés

Derrière le comptoir, Maryse confirme la dynamique. Cette pharmacienne travaille dans l'une des 445 officines de Champagne-Ardenne (il y en a 460 en Alsace et 720 en Lorraine) : "Il y a énormément de personnes qui me ramènent leurs vieux médicaments, oui, c'est très fréquent".

Mais il reste encore du chemin à parcourir. Aujourd'hui, plus d'un tiers des médicaments non-utilisés ne sont pas valorisés, tout simplement jetés à la poubelle. "On peut toujours faire mieux, notamment dans le cadre d'un tri qualitatif, explique Bénédicte Niérat-Munier, responsable communication de Cyclamed. Il faut avoir le réflexe de ne prendre que les médicaments non-utilisés. Il faut exclure tous les produits de para-pharmacie, les dispositifs médicaux, les crèmes solaires etc."

En France, toutes les pharmacies ont l'obligation d'accepter les médicaments non-utilisés pour ensuite les déposer dans une boîte de tri. Les officines qui refusent sont très rares et font l'objet d'un rappel à l'ordre de la part de Cyclamed.

"On doit aussi faire des progrès pour séparer les emballages en carton et les notices en papiers, poursuit Bénédicte Niérat-Munier. Il faut jeter tout cela dans les poubelles dédiées avant de rapporter la plaquette restante en pharmacie."

Une appli pour bien faire le tri

Pour aider à faire le tri, Cyclamed vient de mettre à jour sa nouvelle application mobile. De nombreux conseils sont disponibles pour répondre aux questions récurrentes des patients : quel produit peut-on ramener à la pharmacie, où trouver l'officine la plus proche, etc. Le téléphone peut même vous alerter quand un médicament dépasse la date de péremption.

Géolocalisation des officines, alertes péremption, aide au tri : une application mobile intitulée "Mon armoire à pharmacie" vient d'être mise à jour.

"Le réflexe de rapporter ses médicaments chez le pharmacien permet de diminuer les risques d'intoxication médicamenteuse, ajoute Bénédicte Niérat-Munier. Notamment avec les enfants en bas âge qui peuvent les prendre pour des bonbons ou des risques de confusion pour les personnes âgées. C'est un geste de sécurité sanitaire domestique."

D'après l'association, il s'agit également d'un geste pour l'environnement. Les médicaments récoltés ne sont pas réutilisés ou revendus sous une autre forme : ils sont tout simplement détruits et valorisés. A Reims (51), Chaumont (52), Colmar (68) ou encore Tronville-en-Barrois (55), il existe des incinérateurs chargées de les brûler et de les transformer en énergie. Au final, nos vieux médicaments permettent de chauffer et d'éclairer plusieurs milliers de maisons chaque année.