Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Méditerranée : 49 migrants appellent toujours à l’aide

mardi 8 janvier 2019 à 20:10 Par Hélène Battini et Jérôme Susini, France Bleu RCFM

Alors qu’une pétition demande l'intervention de Gilles Simeoni dans l'affaire du Sea Watch, ce navire qui depuis le 22 décembre se trouve au large de Malte avec 32 réfugiés sauvés au large de la Lybie, ce mardi plusieurs ONG ont appelé la France à agir.

Le Sea Watch se trouve au large de Malte avec à son bord 32 réfugiés sauvés au large de la Lybie depuis le 22 décembre dernier.
Le Sea Watch se trouve au large de Malte avec à son bord 32 réfugiés sauvés au large de la Lybie depuis le 22 décembre dernier. © Radio France - francebleu.fr

Corse, France

Plusieurs ONG ont appelé la France à "agir au plus vite" pour "mettre à l'abri" les 49 migrants bloqués depuis plus de deux semaines au large de Malte faute d'accord européen pour les laisser débarquer. Ces 49 migrants sont bloqués sur le Sea-Watch et le Sea-Eye, deux navires d'ONG allemandes qui ont été autorisés à s'abriter dans les eaux maltaises, mais pas à accoster sur l'île. "Nous demandons à la France de mettre immédiatement à l'abri ces rescapés dans un port sûr", déclarent dans un communiqué sept ONG, dont Médecins sans frontières et le Secours catholique-Caritas

Sea-Watch  - Aucun(e)
Sea-Watch - Chris Grodotzki

"Les équipages sont en _manque d'eau potable et ne peuvent donc pas apporter une réponse satisfaisante à la dégradation de l'état de santé des migrants considérablement affaiblis_", ajoute le communiqué, également signé par Emmaüs France, Emmaüs international, la Cimade et le Gisti. 

De son côté, la Ligue des droits de l'Homme a indiqué que son antenne corse avait "saisi la préfecture de l'Ile pour que soit rapidement proposé le débarquement de ces naufragés". 

"Humainement et politiquement...il y a quelque chose à faire"

Une pétition a été lancée par un Ajaccien  et totalisait ce mardi soir près de 3 000 signatures pour appeler à un accueil en Corse des 32 migrants du Sea-Watch.  "Si l'Europe se noie sous l'indignité, et qu'il ne doit subsister qu'un territoire où la flamme de l'humanité reste vivante, alors, que ce soit notre île. Que ce soit la Corse", écrit Pierrot Patel, inspecteur de l'environnement à Ajaccio et auteur de la pétition déposée sur le site Change.org et adressée au président du conseil exécutif, Gilles Simeoni. 

Certains migrants ont entamé lundi une grève de la faim. 

Mare latinu à réécouter : Une pétition lancée en Corse pour le Sea Watch