Société

Meilleures baguette de tradition française : la troisième place pour un Franc-comtois

Par Naïs Esteves, France Bleu Besançon jeudi 18 mai 2017 à 12:14

Franck Jeannin, boulanger à Saint-Vit, troisième meilleure baguette de tradition française.
Franck Jeannin, boulanger à Saint-Vit, troisième meilleure baguette de tradition française. - © Les Nouvelles de la Boulangerie Pâtisserie

Le quatrième concours national de la meilleure baguette de tradition française s'est déroulé à Paris du 14 au 17 mai 2017. Franck Jeannin, boulanger à Saint-Vit (Doubs), est arrivé troisième sur les vingt candidats en lice.

C'est une belle troisième place pour Franck Jeannin. Ce boulanger de Saint-Vit dans le Doubs est monté sur la troisième marche du podium du concours de la meilleure baguette de tradition française.

Franck Jeannin, fils de boulanger, a toujours voulu exercer ce métier. Il a commencé à travailler à 20 ans avant de tenir sa propre affaire dès 23 ans, pendant 8 ans. Il est actuellement installé dans sa deuxième boulangerie, à Saint-Vit avec sa femme. Et cette troisième place n'est peut-être que le début d'une série de récompenses. En tout cas, Franck Jeannin souhaite continuer à faire des concours : "Il n’y a rien de mieux pour progresser et se remettre en question", explique-t-il.

"Il n’y a rien de mieux (que les concours) pour progresser et se remettre en question"

Un concours exigeant

Les vingt candidats en lice avaient six heures pour fabriquer 40 baguettes de tradition française, en public, sur le parvis de Notre-Dame à Paris. Ces baguettes devaient mesurer cinquante centimètres de long, avec une tolérance de plus ou moins 5 %. Même tolérance limitée pour le poids avec une exigence de 250 grammes après cuisson. Et dernier critère important : le sel. Pas plus de 18 grammes par kilo de farine. Des consignes précises qui caractérises la baguette de tradition française, croustillante, bien alvéolée, à la croûte dorée.

Devant Franck Jeannin, on retrouve Benoît Lalande en deuxième position. Boulanger de 25 ans est installé à Cazals (Lot) depuis deux ans. Ils sont six à travailler dans son commerce situé au coeur de ce village de 650 habitants. Sur la première marche du podium : Mei Narusawa. Une Japonaise qui a appris le métier dans son pays d'origine avant de travailler avec de grands noms de la boulange, au Japon avec Eric Kayser, et en France. Elle exerce aujourd'hui à la boulangerie Durrenberger à Mertzwiller en Alsace.