Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Même pendant le confinement, les femmes battues "auront toujours du secours" au CIDFF de l'Eure

Si il a dû s'adapter aux règles de confinement, le Centre d'information sur les droits des femmes et des familles de l'Eure continue à prendre en charge et à conseiller les femmes victimes de violences conjugales.

Les collaborateurs des Centres d'information des femmes et des familles continuent de conseiller, à distance, les victimes de violences conjugales (illustration).
Les collaborateurs des Centres d'information des femmes et des familles continuent de conseiller, à distance, les victimes de violences conjugales (illustration). © Radio France - Philippe Thomain

Avec les mesures de confinement rentrées en vigueur en France mardi dernier pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus Covid-19, plusieurs associations s'inquiètent d'une possible hausse des violences conjugales. "Le confinement n'arrange pas du tout les choses", confirme Dany Temperton, directrice adjointe du Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) de l'Eure, invitée ce matin de France Bleu Normandie.

"Il faut savoir que notre public, pour la grande majorité, travaille à l'extérieur, ajoute-t-elle. Et le fait d'être obligé de rester à la maison, on a peur que cela entraîne un pic de violences."

"Nous sommes toujours là"

C'est pour continuer à aider et à accompagner ces femmes que le CIDFF de l'Eure (comme celui de Seine-Maritime) continue de fonctionner, tout en s'adaptant aux règles de confinement. "Tous nos collaborateurs sont en télétravail et l'accueil des victimes se fait à distance", détaille encore Dany Temperton, qui tient à rassurer celles qui n'oseraient pas appeler : "Il faut qu'elles comprennent que nous sommes toujours là, qu'elles auront toujours du secours de notre part et que nous les accompagnerons au niveau des administrations et des professionnels."

La directrice adjointe du CIDFF de l'Eure précise qu'on peut contacter le centre via son adresse mail, et que la plateforme Internet gouvernementale fonctionne toujours. Rappel également : en cas d'urgence, il faut appeler le 17 pour alerter la police et la gendarmerie.

Par ailleurs, "les accueils de nouvelles femmes" dans des centres d'hébergement d'urgence et "le traitement des contentieux essentiels, et notamment les affaires de violences conjugales" sont maintenus, a affirmé la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu