Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Menus de substitution au porc à l’école : décision en fin de semaine

mardi 11 août 2015 à 15:26 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Bourgogne

Finalement, vu peut-être la polémique, le tribunal administratif de Dijon a décidé de prendre son temps pour trancher. Après l’audience de ce mardi matin concernant la fin des menus de substitution au porc dans les écoles primaires de Chalon-sur-Saône en Bourgogne, la justice rendra sa décision en fin de semaine seulement.

Les menus de substitution dans les cantines font débat.
Les menus de substitution dans les cantines font débat. © MaxPPP - Julio PELAEZ

Les enfants de Chalon-sur-Saône sont au cœur de la polémique cet été en France. Vont-ils avoir le choix à la rentrée, entre du jambon et du taboulé ou bien ce sera le même menu pour tout le monde ? Vu les débats parfois houleux que cette question provoque, ce mardi 11 août, le tribunal administratif de Dijon a repoussé sa décision à la fin de semaine .

 

La ligue de défense des musulmans contre le maire de Chalon

Le tribunal devait en fait examiner un recours de la ligue de défense des musulmans contre la décision du maire Les Républicains de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, de supprimer les menus de substitution au porc, en place depuis 1984 dans les écoles publiques de la ville. Il estime, lui, que ce choix laissé aux enfants et à leur famille, est anti-laïque . Surtout que d’autres solutions sont envisageables. Le maire promet notamment de prévenir deux mois à l’avance les parents des dates où du porc sera proposé à midi.

 

Créer une jurisprudence

Avec ce recours devant la justice, la ligue de défense des musulmans espère en fait créer un précédent et demande d’abord à la justice de définir à qui revient la décision. Le maire n’a normalement pas compétence et devrait en fait soumettre son vœu à son conseil municipal . La justice devrait ensuite seulement, dire s’il y a là atteinte à la liberté de culte et conscience . Mais pour l’avocat de l’association, Me Nicolas Gardères, il faut surtout « recadrer les choses et rappeler de quoi on parle  » dans cette affaire.

 

menu substitution son

 

« Le débat est tombé très bas, très très bas, explique l’avocat. Le mot laïcité est devenu synonymes d’attaque contre l’islam aujourd’hui. Quand on parle de laïcité maintenant, c’est pour rappeler à quel point les musulmans sont des gens dangereux et anormaux, ce qui pose problème dans nos sociétés démocratiques.  »

 

Beaucoup de bruit pour une tranche de jambon

La défense de la ville et du maire elle, se lasse de cette affaire et du bruit qu’elle provoque. L’avocat de Gilles Platret s’est ainsi présenté à l’audience avec la liste des menus prévus dans les cantines de Chalon à la rentrée de septembre. «  Il faut attendre la mi-octobre pour trouver un plat contenant du porc . Ce sera le 15 octobre avec une tranche de jambon. C’est beaucoup de bruit pour une tranche de jambon.  »