Société

Mérignac : opération de sensibilisation sur les passages à niveau

France Bleu Gironde mardi 3 juin 2014 à 20:48

Une opération de sensibilisation aura lieu ce mercredi au passage à niveau de Saint-Emilion
Une opération de sensibilisation aura lieu ce mercredi au passage à niveau de Saint-Emilion © Radio France

Réseau Ferré de France organisait ce mardi sa 7e journée de sécurité routière au passage à niveau. A Mérignac, personnel de RFF et bénévoles ont rappelé aux automobilistes, cyclistes et piétons les règles à respecter.

Près d'un automobiliste sur dix avoue ne pas freiner aux abords d'un passage à niveau . Afin de sensibiliser les usagers de la route, Réseau ferré de France organisait  ce mardi sa journée nationale de sécurité routière aux passages à niveau. Le nombre de personnes tuées baisse chaque année. 29 accidents mortels ont été dénombrés en France en 2013. En Gironde, le dernier date d'il y a trois ans, mais il convient de rappeler les régles élementaires à respecter aux abords des passages à niveau. Au passage à niveau numéro 4 de Mérignac, où 17 trains passent quotidiennement, les bénévoles et les personnels ont arrêté une à une les voitures , et distribué aux automobilistes, aux pilotes de deux roues et aux piétons des prospectus de prévention.

"Il se passe 10 à 15 secondes entre le moment où les barrières se baissent et le passage d'un train. Il faut absolument s'arrêter dès que ça clignote."

Margaret traverse à pied tous les jours ce passage à niveau.

"Même avant que ça se baisse, je m'arrête. Parfois, j'aurais le temps de passer, mais je préfère m'arrêter."

Par ailleurs, des travaux sont entrepris régulièrement pour sécuriser les lieux.

"C'est parfois des choses simples comme l'élargissement du trottoir, mais il y a aussi de suppressions de passages à niveaux avec la construction d'un pont ou d'un tunnel" — Stuart Neal, responsable sécurité  à Réseau Ferré de France à Bordeaux.

Le département de la Gironde compte près de 380 passages à niveau. Des études ont été lancées pour supprimer à terme trois d'entre eux jugés dangereux au Teich, à Saint-Macaire et au Pian-sur-Garonne.

"Savez vous le temps qu'il s'écoule entre le moment où la barrière se baisse et le passage d'un train? "