Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mertzwiller (Bas-Rhin) : des habitants protestent contre le projet de construction d'une antenne relais

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Les habitants redoutent d'être exposés aux ondes électromagnétique et ils ne comprennent pas pourquoi on construit une nouvelle antenne relais de téléphonie, alors qu’il y en a déjà une à Mertzwiller. Le maire de la commune est aussi en colère.

Des riverains de la rue de Neubourg à Mertzwiller vent debout contre le projet de nouvelle antenne relais
Des riverains de la rue de Neubourg à Mertzwiller vent debout contre le projet de nouvelle antenne relais © Radio France - Luc Dreosto

Les habitants de Mertzwiller (3.400 habitants) au nord de Haguenau estiment avoir été placés devant le fait accompli. Ils ont appris il y a quelques semaines le projet de SFR (via la société Hivory, qui doit construire ce pylône pour le compte de l'opérateur) d'implanter une antenne relais de téléphonie à proximité de la rue de Neubourg.

Ce pylône de 42 mètres de haut sera utilisé par SFR, mais aussi Bouygues dans le cadre de la mutualisation. Jean-Georges Mehl habite à une centaine de mètres de l’endroit où doit être construit la future antenne relais et il ne décolère pas : "C'est quatre fois plus haut que ma maison et c'est juste devant ma salle à manger. Et ce genre de relais téléphonie va être loué à tous les opérateurs, donc à un moment donné, ça va ressembler à un sapin de Noël. C'est la valorisation des terrains qui est aussi en jeu".

Au-delà de la gêne visuelle, les riverains redoutent avant tout d’être exposés aux ondes électromagnétiques. L’Agence régionale de santé a émis un avis favorable au projet, mais avec des réserves, des mesures de charges électromagnétiques peuvent être prescrites. 

La crainte des ondes électromagnétiques

Pour Astride Strebler, l’une des riveraines opposées à cette implantation, c’est inadmissible de mettre potentiellement la santé des habitants en danger. "Ils ne peuvent pas nous garantir qu'il n'y aura pas des céphalées, des vertiges, des troubles pour les personnes sensibles, s'indigne-t-elle. Ma mère par exemple a un pace maker et on lui a dit de ne pas prendre de téléphone portable".

Le maire de Mertzwiller Michel Schweighoeffer soutient les riverains dans leur mouvement de protestation. Il ne comprend pas l’intérêt d’implanter une deuxième antenne relais à Mertzwiller, car il y en a déjà une à l’autre extrémité du village, près du château d'eau. "Etant beaucoup au téléphone, je ne constate aucune zone blanche sur la commune. Même mon fils qui est sous SFR, n'a pas de coupure de réseau mobile. Il y a parfois une ou deux barrettes en moins, c'est tout".

Les opposants au projet avancent eux une hypothèse. Ce nouveau pylône servirait surtout à apporter du réseau téléphonique aux militaires du camp voisin de Neubourg, où la couverture ne serait pas parfaite, leur a-t-on rapporté. Michel Schweighoeffer espérait d'ailleurs initialement que les militaires s'opposent à ce projet, ce qui n'est pas le cas.

Et il est particulièrement inquiet après avoir discuté avec plusieurs riverains qui habitent près de l’antenne relais déjà existante. "On dénombre déjà une dizaine de cas de cancers près du château d'eau, même si on ne sait pas s'il y a un lien direct, explique Michel Schweighoeffer. Moi je comprends parfaitement l'inquiétude des riverains."

Une pétition est lancée

Le maire ne peut s’opposer juridiquement au nouveau projet d’antenne relais, car la construction est prévue sur un terrain privé et dans le respect des règles d’urbanisme (notamment le plan local d’urbanisme intercommunal). Michel Schweighoeffer espère encore convaincre les promoteurs du projet de déplacer le pylône sur un terrain communal, situé bien plus loin des habitations.

Les riverains lancent une pétition et ils ont deux mois pour faire des recours contre le projet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess