Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Messe de Noël : le casse-tête du diocèse de Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Le diocèse de Toulouse organise les célébrations du 24 décembre. Cette année, il y aura deux fois plus de messes pour que tous les fidèles puissent y assister.

L'organisation du diocèse de Toulouse pour la messe du 24 décembre 2020 (photo d'illustration)
L'organisation du diocèse de Toulouse pour la messe du 24 décembre 2020 (photo d'illustration) © Maxppp - Thomas Padilla

Des messes de Noël à la chaîne. En ce moment, le diocèse de Toulouse planche sur l'organisation des messes du 24 décembre dans un contexte où le protocole sanitaire et de la jauge restreignent le nombre de fidèles dans les lieux de culte. Pour l'instant, il faut s'asseoir en laissant deux sièges vides à côté de soi et laisser une rangée sur deux libre. Le diocèse de Toulouse a donc prévu deux fois plus de messes cette année pour célébrer Noël. Certains prêtres ont été mobilisés spécialement pour l'occasion.

La priorité du diocèse est claire : faire en sorte que tous les fidèles puissent assister à la messe de Noël. Il a donc fallu doubler le nombre de célébrations pour arriver à 300 messes. Les prêtres qui d'habitude ont une célébration, se retrouvent exceptionnellement à en faire deux voire trois. Des communautés religieuses ont même été appelées en renfort : certains dominicains vont célébrer en paroisse, ce qui n'est pas toujours le cas.

C'est dans la banlieue toulousaine que la situation est parfois difficile à gérer, dans les communes où il y a de petites églises. À l'époque c'était à la campagne, mais aujourd'hui elles sont dans des villes qui ont beaucoup grandi et où il n'y a pas eu de construction de nouvelle église. C'est le cas à Montastruc, Verfeil, Castanet, Saint-Orens ou encore L'Union, où il faut parfois s'inscrire pour pouvoir assister à la messe. Le diocèse conseille d'éviter la messe de 18h pour mettre toutes les chances de son côté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess