Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Mesures sanitaires face au coronavirus : "la fréquentation de ma salle de fitness a doublé !"

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Depuis la fermeture des salles de sports en petite couronne, les adhérents des Hauts-de-Seine, du Val-de-Marne ou de Seine-Saint-Denis se ruent sur les salles de fitness des communes limitrophes. Au Fitness Park de Bezons, commune voisine des Hauts-de-Seine, la clientèle a doublé ces derniers jours.

La salle de "musculation libre" du Fitness Park de Bezons
La salle de "musculation libre" du Fitness Park de Bezons © Radio France - Steven Gouaillier

Dès l'entrée du Fitness Park de Bezons, du gel hydroalcoolique est proposé à celui qui passe la porte. À côté des machines, pour ceux qui font leur pause, le port du masque est obligatoire. "Comme vous voyez, à côté de chaque tapis roulant, on a mis des plaques de plexiglass", détaille Aziza Oumheta, directrice du Fitness Park de Bezons lors de la visite des locaux.  Et depuis quelques temps, les rameurs, bancs de développé-couché et autres vélos sont de plus en plus sollicités. Depuis la fermeture des clubs de fitness dans les communes voisines des Hauts-de-Seine, "la fréquentation a doublé", constate la gérante, passant de 500 personnes par jour... à presque 1000. 

"La plupart des adhérents qui viennent arrivent des clubs limitrophes. Que ce soit Levallois-Perret, Courbevoie ou même Nanterre", explique Aziza Oumheta. Pour Sylvie par exemple, abonnée justement à Courbevoie, pas question de se passer de ses quatre ou cinq séances de cardio-training et de musculation. "Comme j'ai vraiment envie de m'entraîner et parce que ça fait du bien, on a cherché des salles ouvertes et la plus près c'était Bezons." 

Un risque de contamination augmenté ? 

Akim, lui aussi Courbevoisien, est venu muscler son dos : "Ça me fait deux abonnements maintenant, celui de l'ancienne salle et celui de la nouvelle". Mais cette situation l'inquiète. Il estime que l'interdiction des salles de fitness en petite couronne a déplacé le problème, voire même accentué le risque de contamination à la Covid-19.  "Au lieu de faire en sorte qu'il y ait moins de densité dans les clubs, on l'augmente au contraire avec ce genre de politique", déplore-t-il. 

Au lieu de faire en sorte qu'il y ait moins de densité dans les clubs, on l'augmente au contraire avec ce genre de politique

Face à cet afflux de nouveaux venus, Aziza Oumheta a même dû mettre en place un filtrage des sportifs à l'entrée, pour éviter de dépasser le plafond de 240 personnes présentes en même temps dans la salle. "Chaque personne qui arrive patiente à l'accueil en attendant qu'une personne sorte. C'est le principe : une personne sort, une personne entre." Et de son propre aveu, certains clients ont déjà commencé à déserter la salle, à cause de l'attente pour passer le portique. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess