Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mesures sanitaires : un bar de Brest sanctionné d'une fermeture administrative

-
Par , France Bleu Breizh Izel

C'est déjà le troisième établissement de Brest sanctionné en moins de deux mois. Un bar du quartier de Recouvrance vient d'écoper d'une fermeture administrative de huit jours pour non respect des mesures barrière. Le patron témoigne pour France Bleu Breizh Izel.

Cet établissement n'a plus le droit d'ouvrir jusqu'au samedi 19 septembre à 16h.
Cet établissement n'a plus le droit d'ouvrir jusqu'au samedi 19 septembre à 16h. © Radio France - Nicolas Olivier

Mardi 8 septembre vers 10 heures, Jean-François Rousvoal savoure un expresso derrière le comptoir du National, rue de la Porte, lorsque les policiers débarquent pour un contrôle inopiné. La sanction tombe : 135 euros d'amende pour le gérant, qui ne portait pas de masque. Et surtout, une fermeture administrative de huit jours notifiée vendredi. 

Mis en demeure 48 heures avant

Car ce n'était pas la première entorse aux mesures sanitaires. L'établissement venait même de faire l'objet d'une mise en demeure après le passage d'une patrouille de police dans la nuit du 5 au 6 septembre, relevant un manque de distanciation entre les clients à l'heure de la fermeture. 

De quoi énerver passablement le patron de ce bar PMU de Recouvrance. "J'étais un peu en colère, je pense que la police pourrait faire autre chose que de sanctionner à tout bout de champ pour remplir les caisses... On ne peut pas tous les jours dans le bar être hyper strict et faire la police, ce n'est pas notre rôle."

Jean-François Rousvoal a aussi l'impression de payer le fait d'organiser régulièrement des concerts (le prochain était justement prévu samedi). "Y'a plus de boîtes de nuit, les restaurants et les bars souffrent... Alors on essaye de faire des choses, surtout qu'on a des places assises, le bar est assez grand." 

Jean-François Rousvoal porte un regard acerbe sur la gestion de la crise sanitaire par les autorités.
Jean-François Rousvoal porte un regard acerbe sur la gestion de la crise sanitaire par les autorités. © Radio France - Nicolas Olivier

Chacun devrait pouvoir être libre de porter un masque ou pas

Dans le fond, cet adhérent de l'UMIH (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie) comprend la sanction. Il reconnaît avoir pris quelques libertés avec les règles sanitaires, car "quand on fait douze ou treize heures derrière son comptoir, on transpire, c'est compliqué". Le patron du National assume d'ailleurs d'être personnellement contre le port du masque obligatoire, "chacun devrait pouvoir être libre de le porter ou pas", estime-t-il, rappelant que le masque "ne servait à rien il y a trois mois."

ECOUTEZ Jean-François Rousvoal, le gérant du National à Brest

Amer, le gérant du National assure qu'il fera plus attention désormais. Ces huit jours de fermeture devraient lui coûter cher : près de 10.000 euros de chiffre d'affaires.

En région brestoise, c'est le quatrième établissement sanctionné depuis la fin juillet. Un bar et une épicerie de Brest ont déjà écopé de huit jours de fermeture administrative, ainsi qu'un bar à Saint-Renan. Les autorités promettent que les contrôles vont se multiplier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess