Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Metz : 800 migrants évacués du camp de Blida à l’approche de l’hiver

mercredi 15 novembre 2017 à 15:09 Par François Pelleray et Noémie Bonnin, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Les policiers, les agents de la préfecture et les cars sont arrivés à l’aube ce mercredi 15 novembre au camp de Blida à Metz. Ce bidonville a été une nouvelle fois évacué. Quelques 800 femmes, hommes et enfants dormaient sous des tentes depuis le mois d’avril.

L'évacuation du camps de Blida le 15 novembre 2017 à Metz.
L'évacuation du camps de Blida le 15 novembre 2017 à Metz. © Maxppp - Anthony Picore

Metz, France

L'opération a commencé vers 7 heures ce mercredi 15 novembre. Pendant toute la journée, les 800 et quelques migrants qui dormaient sous des tentes dans le camp de Blida à Metz ont été enregistrés par les services de l'Etat (l'Office français de l'immigration et de l'intégration), avant de monter dans des cars. Selon leur statut, ils ont été envoyés dans des hébergements dans une quarantaine de villes en France, certains sont restés à Metz, environ 200 majeurs isolés hébergés dans l’ancien lycée Poncelet.

Parmi ces migrants, certains sont demandeurs d'asile, d'autres ont déjà été enregistrés dans d'autres pays de l'Union européenne et certains font l'objet d'une obligation de quitter le territoire français.

Le bidonville de l’avenue Blida avait repris forme en avril. Des familles (deux tiers des occupants) y logeaient sous des tentes, dans des conditions exécrables. "Les occupants développent des maladies assez lourdes, d’autant qu’il y a des enfants, des femmes enceintes", poursuit Malika Tounsi, de l'ONG Médecins du monde.

On dormait dans le froid et la peur - Syriana, une enfant de 11 ans originaire du Kosovo.

"On rêve de sortir de là. La vie est misérable dans ce camp, le quotidien, ce sont les bagarres, les rats, le froid. On veut d’abord être au chaud", témoigne Abdoulaye est un homme d'une quarantaine d'années, originaire du Mali mais qui vit en France depuis 1994. Il se trouvait sur le camp de Blida depuis la mise en place le 12 avril dernier.