Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Metz : le gymnase du collège de l'Arsenal évacué, des solutions d'hébergement trouvées pour tous les migrants

vendredi 5 octobre 2018 à 17:26 Par Magali Fichter, France Bleu Lorraine Nord

Ils auront passé quasiment une semaine sur place. Plus d'une centaine de migrants ont été évacués, ce vendredi matin, du gymnase du collège de l'Arsenal. Ils ont tous été orientés vers des hébergements, en Moselle et dans les trois autres départements lorrains.

Le gymnase du collège de l'Arsenal était vide à la mi-journée
Le gymnase du collège de l'Arsenal était vide à la mi-journée © Radio France - Magali Fichter

Metz, France

Le gymnase du collège de l'Arsenal, à Metz, a été évacué ce vendredi matin, à 7h. Plus d'une centaine de migrants y avaient trouvé refuge depuis une semaine, avec l'aide du Collectif Mosellan de lutte contre la misère. Ils étaient encore 124 vendredi matin selon la Préfecture, 141 selon le collectif. L'évacuation s'est déroulée dans le calme, et tous les demandeurs d'asile ont été orientés vers d'autres hébergements, en Moselle pour une cinquantaine d'entre eux, en Meurthe-et-Moselle, dans la Meuse et dans les Vosges pour les autres. 

Des situations à régler "au cas par cas"

Tous sont donc mis à l'abri au moins jusqu'à lundi. Mais que vont devenir ces personnes par la suite ? "Les personnes qui sont en demande d'asile régulière ont vocation à avoir un d'hébergement pérenne et leur procédure de demande d'asile va se poursuivre", explique Olivier Delcayrou, secrétaire général de la préfecture de Moselle. Il y a ensuite des situations particulières, qui vont se régler au cas par cas : "les personnes qui, par exemple, ont faire l'objet d'un premier refus, mais qui sont en train de déposer des recours", précise-t-il. 

Enfin, la troisième catégorie de personnes concerne ceux qui sont définitivement déboutés du droit d'asile : "Ils doivent regagner leur pays d'origine, nous allons leur faire une ultime proposition d'aide au retour volontaire, et s'ils ne l'acceptent pas, ils seront reconduits de manière forcée," poursuit Olivier Delcayrou.

Notre but, c'est de dire : citoyens français, nous constatons qu'il y a des personnes à la rue, faites quelque chose." - Jean Lambert, membre du Collectif mosellan de lutte contre la misère

Du côté du Collectif mosellan de lutte contre la misère, on se félicite que ces personnes soient pour l'instant toutes mises à l'abri. Pour Jean Lambert, l'un de ses membres, c'est bien la mobilisation des bénévoles et l'occupation du gymnase qui a fait bouger les lignes : "Notre but, c'est de dire : citoyens français, nous constatons qu'il y a des personnes à la rue, faites quelque chose. Espérons, évidemment, ne pas avoir à renouveler cette expérience."