Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Metz : les hussards sont de retour à la maison

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Les soldats du 3e Régiment de hussard de Metz sont rentrés de 4 mois d'opération au Mali, dans le cadre de l'opération Barkhane, à traquer et à combattre les groupes terroristes islamistes du Sahel.

Prise d'arme au 3e Régiment de Hussards de Metz (Moselle) pour le retour du groupement déployé sur l'opération Barkhane de septembre 2018 à février 2019. 1er avril 2019.
Prise d'arme au 3e Régiment de Hussards de Metz (Moselle) pour le retour du groupement déployé sur l'opération Barkhane de septembre 2018 à février 2019. 1er avril 2019. © Radio France - Clément Lhuillier

Metz, France

Ils ont le sentiment du devoir accompli. 350 militaires du 3e Régiment de hussards de Metz viennent de rentrer d'une mission de 4 mois (septembre 2018 à février 2019) au Mali, dans le cadre de l'opération Barkhane, où ils ont participé à la lutte contre les groupes terroristes armés.  

Une cérémonie s'est tenue lundi sur la place d'armes de leur caserne du quartier de Blida à Metz, pour célébrer ce retour et mettre officiellement fin au mandat du groupement tactique "Griffon" (référence à l'écusson du régiment) qui a mobilisé pas moins de la moitié des effectifs du 3e RH. 

Prise d'arme au 3e Régiment de Hussards de Metz (Moselle) pour le retour du groupement déployé sur l'opération Barkhane de septembre 2018 à février 2019. 1er avril 2019. - Radio France
Prise d'arme au 3e Régiment de Hussards de Metz (Moselle) pour le retour du groupement déployé sur l'opération Barkhane de septembre 2018 à février 2019. 1er avril 2019. © Radio France - Clément Lhuillier

Tous le monde est rentré

Première satisfaction pour le Colonel Nicolas Durand, chef de Corps du régiment et commandant de l'unité déployée au Mali, ne pas avoir eu à déplorer la perte d'un hussard sur le théâtre d'opération. (14 militaires français ont perdu la vie depuis 2014 et le lancement de Barkhane).

Un certain nombre de chefs terroristes ont été neutralisés" - Colonel Nicolas Durand, chef de Corps du 3e RH

Mais aussi d'avoir rempli la mission en contribuant à réduire le pouvoir de nuisance des groupes terroristes islamistes qui opèrent encore dans la bande sahelo-saharienne. "Nous avons acquis des succès au prix d'efforts considérables. Un certain nombre de chefs terroristes ont été neutralisés, et puis nous avons produit des ressources, du renseignement qui produisent des effets soit immédiats, soit à plus long terme."  

Colonel Nicolas Durand, chef de Corps du 3e Régiment de Hussard

Collaboration avec les forces locales

Un travail effectué en étroite collaboration avec les forces armées locales comme les armées maliennes et nigeriennes. "C'est bien pour eux qu'on est la. Toute notre action vise à mettre les terroristes à portée de l'armée malienne" ajoute le Lieutenant-Colonel Yann. Si les forces françaises n'ont pas eu à engager beaucoup de combats directs avec l'ennemi, elles l'ont traqué et débusqué sans relâche, l'obligeant à se déplacer et à se dévoiler pour être ensuite attaqué, la plupart du temps par des moyens de frappes aériennes. 

"Le danger est permanent, on a pas de sortie gratuite" - Lieutenant-Colonel Yann du 3e RH

Lieutenant-Colonel Yann, du 3e Régiment de Hussard

Noël dans le désert

En plus de la menace terroriste, les hussards de Metz ont du affronter un terrain d'opération hostile, notamment lors de missions hors de leurs bases du Nord Mali, à travers le désert. La chaleur, le sable "qui s'insinue partout dans les vêtements, les véhicules, l'armement et même la nourriture" confie le Brigadier-Chef Nicolas. Les conditions de vie y sont spartiates, l'eau est rationnée, "mais nous sommes entraînés pour affronter cela" poursuit-il. 

Les hussards ont même passé les fêtes de fin d'année au milieu du désert, lors d'une sortie d'une mission d'un mois, la plus longue de leur mandat. Mais pas totalement coupés du monde : "Nous avons eu à disposition des téléphones satellitaires pour appeler nos familles. Des rations améliorées pour les fêtes, des dessins que des écoliers de Metz nous avaient envoyé, et même des cadeaux d'un Père Noël militaire livrés en hélicoptère. Au final, c'était sympa, même au milieu du désert et loin de nos familles."

Le Brigadier-chef Nicolas avec Clément Lhuillier

Après plusieurs mois intenses, les hussards vont maintenant pouvoir souffler, même si une partie est déjà retourné sur le terrain dans le cadre de l'opération Sentinelle

Choix de la station

France Bleu