Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Société

Metz : premier anniversaire de l'extension du stationnement payant

mardi 31 juillet 2018 à 19:09 Par Arthur Blanc, France Bleu Lorraine Nord

C'est un anniversaire qui ne plaît pas à beaucoup d'automobilistes messins. Le 1er août 2017, 2.000 places de stationnements à Metz sont devenues payantes. Plusieurs quartiers de la ville ont été touchés, à l'image de Pontiffroy.

La rue de la caserne dans le quartier de Pontiffroy est devenue payante le 1er août 2017.
La rue de la caserne dans le quartier de Pontiffroy est devenue payante le 1er août 2017. © Radio France - Arthur Blanc

Metz, France

Se garer pour 1,80€ de l'heure. Certains quartiers de Metz ont appris à vivre avec depuis un an désormais. De 2.823 places payantes, la ville en compte désormais 4.814. Des nouveaux emplacements sont apparus à certains endroits, à la grande surprise des habitants. "Je rentrais de vacances, et j'ai eu la mauvaise surprise de voir que c'était devenu payant", explique Sylvie, du côté de Pontiffroy.

Avoir plus de rotations

Une mesure essentielle selon Guy Cambianica, le conseiller délégué à la politique de stationnement. Il fallait alors favoriser les rotations pour libérer les places plus facilement en ville, de manière à attirer le plus de monde possible. Un an après la mise en place de ce dispositif, il ne regrette rien. "Je dirais qu'il n'a jamais été aussi facile de se garer à Metz". Mais du côté des Messins, l'ambiance n'est pas aussi optimiste. "Maintenant, je suis obligée de payer pour aller chez l’orthodontiste de mon enfant", se désole Corinne.

A la mairie, l'opposition partage l'avis des habitants des quartiers et ne voit pas plus de dynamisme en centre-ville. Le conseiller Emmanuel Lebeau regrette l'ancien modèle. "Ça a transformé la vie des Messins. 50% des places payantes coûtent 1,80€ de l'heure. Et on peut se dire que ces tarifs ont contribué à une baisse de l'attractivité de Metz."