Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Meurthe-et-Moselle : la présidente du Département s'inquiète du sort des mineurs isolés devenus majeurs

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

A l'occasion de la session publique du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, la présidente Valérie Beausert-Leick s'est dite préoccupée par la situation de plusieurs mineurs isolés devenus majeurs et sous le coup d'obligation de quitter le territoire.

La présidente du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle Valérie Beausert-Leick, en février 2021
La présidente du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle Valérie Beausert-Leick, en février 2021 © Maxppp - Cédric Jacquot

Les conseillers départementaux de Meurthe-et-Moselle en session publique ce lundi 22 mars et mercredi 24 mars. Lors de son discours ce lundi puis en conférence de presse à la mi-journée, la présidente Valérie Beausert-Leick a dit son inquiétude au sujet de la situation de plusieurs mineurs isolés pris en charge par le département puis devenus majeurs et sous le coup d'une obligation de quitter le territoire.

Un "durcissement"

Plusieurs de ces situations ont été médiatisées comme celle de Mamadou Camara, ce lycéen à Lunéville qui reçu une obligation de quitter le territoire ou bien Sanoussi Diallo qui a contesté cette même mesure devant le tribunal administratif de Nancy. Pour Valérie Beausert-Leick, il y a "une volonté politique nationale très claire de ne pas maintenir ces populations chez nous alors qu'on les accompagne pendant deux, trois ou quatre ans". Il y aurait environ une vingtaine de cas similaires dans le département selon Valérie Beausert-Leick : 

"Cela nous heurte profondément d'avoir investi humainement dans ces parcours de jeunes et puis d'une seconde à l'autre, sur un prétexte souvent fallacieux, de se voir prononcer des OQTF (obligation de quitter le territoire français). Il y a un durcissement du gouvernement [...] Laisser croire à un jeune qui arrive sur notre territoire qu'il va être accompagné pour se voir prononcer une OQTF, ce n'est pas admissible humainement."

Contactée par France Bleu Sud Lorraine, la préfecture de Meurthe-et-Moselle n'a pas souhaité réagir à ces propos.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess