Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Meurtres et assassinats en Ile-de-France : la baisse est de 65% en 20 ans

-
Par , France Bleu Paris

En 20 ans, le nombre d’homicides volontaires a fortement diminué (-65%). Selon l’étude de l’Observatoire national de la délinquance publiée cette semaine, de 1994 à 2013, on est passé de 256 à 90 meurtres ou assassinats.

Voiture de police (photo d'illustration)
Voiture de police (photo d'illustration) © Maxppp

Si l’annonce d’un homicide volontaire marque toujours les esprits, en chiffre, par rapport à l’ensemble des crimes et délits, cela reste quelque chose de rare en Ile-de-France. En 20 ans, 3137 victimes d’homicide volontaire ont été recensées par l’Institut médico-légal de Paris. Un nombre en baisse de 65% . En 20 ans, on est passé de 256 meurtres et assassinats en 1994 à 90 en 2013.

homicide volontaire carte 1
homicide volontaire carte 1

Pour les hommes, la baisse est de 70% en 20 ans

En 20 ans, même si la baisse est importante (-70%), la grande majorité des victimes de mort violente reste des hommes (67%). Pour les femmes, la baisse est de 50%. Les mineurs sont peu nombreux . Ils représentent 11% des victimes d'homicide volontaire, un chiffre qui est resté stable au fil des années.

Les morts par arme blanche sont les plus nombreux

Dans près de 59% des cas, la victime a été tuée avec une arme. Plus d’une fois sur deux, c'est une arme blanche qui a été utilisée pour donner la mort. Les victimes succombent aussi après des coups de feu. Elles peuvent également mourir sous les coups. Les coups sont la troisième cause de mort violente . Le décès par asphyxie criminelle ou après avoir été étranglé est beaucoup moins fréquent.

Vous pouvez lire l’intégralité de cette étude sur le site de l’Observatoire national de la délinquance.

Cette étude est basée sur les chiffres de l’Institut médico-légal de Paris. L’Institut couvre la capitale, une partie de la Seine-et-Marne, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess