Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Micros dans le quartier Tarentaize : la mairie de Saint-Étienne va s'expliquer devant les habitants

C'est un moment que les habitants du quartier stéphanois Tarentaize-Beaubrun attendent depuis plusieurs semaines : une réunion publique a lieu ce vendredi soir à 19h à la Maison de l'Emploi. Gaël Perdriau va s'expliquer sur l'installation prochaine de micros dans ce quartier populaire.

Gaël Perdriau va répondre aux interrogations des habitants.
Gaël Perdriau va répondre aux interrogations des habitants. © Maxppp - Frédéric Chambert

Saint-Étienne, France

Le maire de Saint-Étienne Gaël Perdriau sera au cœur de ce rendez-vous, avec des responsables d'associations et des élus. Une réunion pour permettre à la municipalité de répondre aux questions des habitants sur ce projet qui crée la polémique depuis de nombreuses semaines. 

La CNIL veut un complément d'information

L'annonce de l'installation de ces micros a immédiatement suscité énormément d'interrogations : ces capteurs allaient ils enregistrer ? Permettre d'espionner les discussions des habitants ? Il s'agirait juste de pouvoir être alertés en cas de bruit suspect comme celui d'un accident ou d'une explosion ont répondu en chœur la mairie et Serenicity, la société qui installera ces micros une fois seulement que la CNIL aura été définitivement convaincue. La Commission nationale de l’informatique et des libertés a réclamé des informations complémentaires pour valider le dispositif et donner son feu vert.

Stigmatisation contre expérimentation

Autre critique récurrente aussi sur le message envoyé à ce quartier : celui d'être un secteur à part dans la cité, qui nécessite un surplus de sécurité. Une manière selon des habitants opposés à ces micros de stigmatiser celles et ceux qui composent ce quartier stéphanois cosmopolite. Il s'agit donc ce soir d'une réunion d'information, qui n'est pas destinée à faire changer d'avis le maire de Saint-Etienne, bien décidé à expérimenter ces micros.