Société

Migrants à Clermont-Ferrand : la préfecture du Puy-de-Dôme s'engage à trouver des solutions

Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne mercredi 4 octobre 2017 à 18:30

Une trentaine de tentes de migrants à la faculté de lettres
Une trentaine de tentes de migrants à la faculté de lettres © Radio France - Olivier Vidal

Interpellée par Réseau Education Sans Frontières après l'installation de migrants derrière la faculté de lettres à Clermont-Ferrand, la préfecture du Puy-de-Dôme indique vouloir proposer des solutions face à cette nouvelle situation d'urgence. RESF reste mobilisé.

L'installation d'une centaine de migrants mardi soir derrière la faculté de lettres à Clermont-Ferrand a fait réagir la préfecture du Puy-de-Dôme. Sa secrétaire générale a reçu une délégation de Réseau Education Sans Frontières en début d'après-midi. Dans le même temps, une trentaine de militants ainsi que des migrants se sont rassemblés devant la préfecture.

Le rassemblement devant la préfecture du Puy-de-Dôme - Radio France
Le rassemblement devant la préfecture du Puy-de-Dôme © Radio France - Olivier Vidal

Le Préfet a, lui, organisé ce mardi, en milieu d'après-midi, l’envoi sur place d’une équipe opérationnelle composée d’agents de la préfecture, de la direction de la cohésion sociale et de l’office français d’immigration et d’intégration. Il s'agit de recenser et évaluer les situations des personnes installées dans ce nouveau campement. Cette action doit permettre de faire rapidement des propositions d’orientation vers l’hébergement aux personnes concernées. RESF reste prudent et attend de voir quelles seront concrètement ces propositions.

Faire rapidement des propositions " Jacques Billant, le préfet du Puy-de-Dôme

Dans un communiqué, la préfecture rappelle que "_les services de l’État sont déjà pleinement engagés pour faire face à l’arrivée d’un nombre croissant de demandeurs d’asile dans le départemen_t". Effectivement, les capacités d’hébergement d’urgence ont augmenté au cours de ces dernières années puisqu’on dénombre aujourd’hui 477 places spécialisées en centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) et 155 places d’hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile (HUDA), soit un doublement depuis 2012, ainsi que 99 places de centre d’accueil et d’orientation (CAO) et le recours à près de 70 nuitées d’hôtel en moyenne tous les soirs.