Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Migrants à Paris : Anne Hidalgo demande à l'Etat d'intervenir

samedi 7 avril 2018 à 0:26 Par Nicolas Olivier, France Bleu Paris et France Bleu

La maire de Paris s'est rendue vendredi soir au campement du Millénaire, près de la porte de la Villette. Près de 2.000 migrants y vivent dans des conditions très précaires. Une situation qui ne peut plus durer, estime Anne Hidalgo.

Anne Hidalgo a rencontré des riverains et des occupants du campement.
Anne Hidalgo a rencontré des riverains et des occupants du campement. © Radio France - Nicolas Olivier

Paris, France

Ils dorment littéralement sous un pont, à l'ombre du boulevard périphérique. Au moins 1.500 migrants ont trouvé refuge ces dernières semaines le long du canal Saint-Denis dans des centaines de tentes collées les unes aux autres. Majoritairement soudanais et érythréens, les occupants sont chaque jour plus nombreux. Ce campement à l'écart de l'agitation de la ville, presque à l'abri des regards, attire moins les médias qu'il y a deux ou trois ans, quand les tentes occupaient certains boulevards. Pourtant la situation est comparable, et inquiète au plus haut point les élus, les associations et les riverains. 

Le campement occupe les deux rives du canal Saint-Denis. - Radio France
Le campement occupe les deux rives du canal Saint-Denis. © Radio France - Nicolas Olivier

Anne Hidalgo a visité les lieux ce vendredi, accompagnée du maire du 19e arrondissement François Dagnaud, et de la maire d'Aubervilliers (93) Meriem Derkaoui. Tous ont appelé à une intervention de l'Etat, qui a la compétence de l'hébergement d'urgence. D'autant qu'il existe deux autres campements à Paris, Porte des Poissonniers (18e arrondissement) et au bord du canal Saint-Martin à Jaurès (10e arrondissement). En tout, la mairie estime à 3.000 le nombre de migrants actuellement à la rue dans la capitale.

ECOUTER - "Des conditions totalement indignes" pour Anne Hidalgo, maire de Paris

Un nouveau dispositif peu lisible

Depuis la fermeture le 30 mars du centre de premier accueil (CPA) de la porte de la Chapelle, qui jouait depuis 18 mois un rôle de "sas" pour les nouveaux arrivants, la situation est confuse. Les migrants comme les associations peinent à s'y retrouver dans le nouveau dispositif mis en place par l'Etat. Des centres d'accueil de jour ont été créés, ainsi que cinq centres d'accueil et d'examen des situations (CAES) d'une capacité de 750 places, répartis dans cinq départements franciliens. Des structures manifestement insuffisantes pour répondre aux besoins. "On appelle l'Etat à faire preuve d'humanité", explique la maire d'Aubervilliers. "Il faut des solutions durables, car ce problème ne sera pas réglé en quelques mois, ajoute Anne Hidalgo. Je pense qu'il faut plusieurs lieux d'hébergement, à Paris et ailleurs."

La maire de Paris critique aussi une disposition de la loi Asile et immigration, qui prévoit le renvoi de tous les "dublinés" (des demandeurs d'asile enregistrés dans un autre pays européen). "Ce n'est pas réaliste, on voit bien qu'ils ne sont pas renvoyés, ils sont notamment ici, le long de ce canal."

Le mairie de Paris a fait installer un point d'eau et des sanitaires. - Radio France
Le mairie de Paris a fait installer un point d'eau et des sanitaires. © Radio France - Nicolas Olivier

Anne Hidalgo a promis de revenir sur place chaque vendredi, "pour que le sujet reste visible".

ECOUTER - Le reportage France Bleu Paris de Nicolas Olivier