Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Migrants apprentis menacés d'expulsion : refus du tribunal de Besançon, le combat continue pour Yaya

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Mardi 26 janvier 2021, le recours de Yaya Camara pour rester en France a été refusé par le tribunal administratif de Besançon. En cause : ses papiers "à caractéristiques de faux documents". La pétition pour Yaya a reçu 22.500 signatures ce mardi soir, il va déposer un dernier recours.

Yaya, jeune migrant guinéen avait saisi le tribunal administratif de Besançon contre son expulsion
Yaya, jeune migrant guinéen avait saisi le tribunal administratif de Besançon contre son expulsion © Radio France - Sophie Allemand

Malgré les nombreux soutiens pour Yaya Camara, Guinéen apprenti électricien, son cas n'est pas celui de son compatriote Laye aux yeux du tribunal administratif de Besançon. Il contestait une obligation de quitter le territoire français, mardi 26 janvier 2021, le tribunal a jugé que ses papiers présentaient des "caractéristiques de faux documents". Mais pas question de baisser les bras pour le jeune-homme et ceux qui l'accompagnent. 

"Cela m'a choqué, je ne m'attendais pas du tout à ça. Je pensais que ça serait positif mais malheureusement non," explique Yaya qui a appris le délibéré par son avocate, en plein milieu de sa journée de cours. 

"J'ai commencé ma formation, donc j'ai envie de la terminer" : Yaya

Plus de 22.500 signatures pour Yaya

Au CFA bâtiment et électricité de Besançon, le centre de formation où travaille Yaya Camara depuis 18 mois, cette décision a laissé tout le monde bouche-bée. Ses professeurs, camarades et son patron sont derrière lui. Béatrice Panier est formatrice au CFA de Besançon, le centre de formation qui travaille avec Yaya depuis 18 mois. Elle va continuer à se battre pour cet élève qu'elle trouve exemplaire :

Béatrice Panier, formatrice au CFA de Besançon : "c'est un bon élément, un bon professionnel, on ne peut pas baisser les bras à quatre semaines de la fin"

Pour éviter un renvoi dans son pays, une pétition avait été lancée sur Internet par un de ses formateurs, soutenu par les enseignants du CFA du Bâtiment de Besançon et le patron de l'apprenti. Près de 50 profs du CFA le soutiennent.

Cette pétition s'intitule : "Pour que Yaya reste en France afin de finir son CAP" et demande à ce que le jeune puisse au moins finir et valider sa formation en France. Mardi 26 janvier 2021, plus de 22.500 personnes l'avaient signée.

Le combat de Yaya continue

Son patron qui le suit et le forme depuis 18 mois a également été extrêmement surpris, il continuera à soutenir son apprenti. Un soutien qui réconforte un peu Yaya : "il y a de l'espoir avec le soutien de personnes de volonté. En espérant que ça va aboutir, peu importe combien de temps il faudra."

Son avocate a indiqué au CFA avoir fait appel immédiatement après le délibéré. Yaya compte déposer un recours devant la cours d'appel de Nancy.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess