Société

Migrants de Calais : le gouvernement prépare un plan de répartition dans toute la France

Par Eric Turpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu Nord, France Bleu Picardie et France Bleu mardi 13 septembre 2016 à 15:09

Le gouvernement veut disposer de 12 000 places d'accueil pour les migrants de Calais d'ici la fin de l'année
Le gouvernement veut disposer de 12 000 places d'accueil pour les migrants de Calais d'ici la fin de l'année © Maxppp - Jean Pierre Brunet

Le gouvernement veut créer 12 000 places d’accueil d’ici la fin de l’année pour réduire le nombre de migrants à Calais. C’est ce que révèle le Figaro dans son édition de mardi.

Lors de sa visite à Calais, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a rappelé qu’il entendait bien démanteler totalement la Jungle. Mais qu’il faudrait d’abord trouver des solutions pour les migrants ailleurs en France.

Le gouvernement élabore un plan pour répartir les migrants dans toutes les régions. C’est ce que révèle ce mardi le Figaro. L’objectif est de créer 12 000 places d’hébergement dans toute la France.

Un document daté du 1er septembre a été envoyé aux préfets. Il évalue à 8 200 le nombre de nouvelles places à créer, en plus de celles qui existent déjà, pour désengorger la Jungle de Calais qui compte aujourd’hui plus de 9 100 migrants.

L'Ile de France et la Corse pas concernées

Le plan du gouvernement prévoit une répartition dans toute la France à l’exception de l’Île de France et de la Corse. Les autres régions accueilleront des migrants. La répartition est déjà chiffrée.

C’est ainsi que la région Auvergne-Rhône-Alpes devra être en capacité d’accueillir 1 800 migrants alors qu’elle dispose aujourd’hui de 500 places. Ce sera 1 000 pour les Hauts-de-France. Mais le Pas-de-Calais ne sera pas mis à contribution dans la mesure où les migrants sont déjà très présents.

Au ministère de l’intérieur, on souligne que Calais n'a pas vocation à porter seule l'effort et qu’une solution de mise à l’abri doit pouvoir être proposée, sachant que la plupart des migrants actuellement à Calais relèvent effectivement de l’asile en France.

Pour les personnes en situation irrégulière et qui ne souhaitent pas demander d'asile, « des dispositifs d'aide au retour volontaire et d'éloignement seront à mobiliser », précise le document.

Pour les migrants dont la demande d'asile relève d'un autre État de l'Union européenne, il est envisagé des assignations à résidence dans l’attente de l’examen du dossier par le pays en question.

La carte de réparation des migrants

  - Aucun(e)
-

Partager sur :