Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Migrants en Ille-et-Vilaine : un centre d'aide au retour volontaire va ouvrir à Rennes

-
Par , France Bleu Armorique

Face à l'afflux migratoire et au nombre croissant de demandeurs d'asile, la préfète d'Ille-et-Vilaine a décidé d'ouvrir un centre d'aide au retour volontaire.

La préfète Michèle Kirry.
La préfète Michèle Kirry. © Radio France - Benjamin Fontaine

Rennes, France

Un centre d'aide au retour volontaire des demandeurs d'asile va ouvrir mi-octobre à Rennes. Une décision prise par la préfète d'Ille-et-Vilaine pour tenter de faire face à l'afflux de migrants en Ille-et-Vilaine. Depuis le début de l'année, la Bretagne a accueilli 30% de migrants en plus par rapport à l'an passé et 65% de ces personnes arrivent en Ille-et-Vilaine.

Les différentes structures d'accueil d'urgence des demandeurs d'asile sont saturées, malgré l'augmentation du nombre de places d'hébergement. Face à ce constat, Michèle Kirry veut donc agir. "Aujourd'hui les demandeurs d'asile sont majoritairement des Albanais ou des Roumains, sauf que ces pays sont considérés comme sûrs. Les demandes d'asile sont donc la plupart du temps refusées," explique la préfète.

Deux mois pour traiter une demande d'asile

A l'heure actuelle, il faut compter deux mois pour le traitement d'un dossier de demande d'asile. "Certains réfugiés déboutés restent malgré tout en Bretagne et ces gens doivent être raccompagnés. Je n'ai aucune responsabilité envers eux," ajoute Michèle Kirry. 

La préfète croit au volontariat. Elle a donc demandé une enveloppe budgétaire supplémentaire pour ouvrir un centre d'aide au retour volontaire dans les prochaines semaines à Rennes. Il pourra accueillir une cinquantaine de personnes dans un immeuble appartenant à l’État. Une association sera présente pour encadrer les migrants volontaires au retour. Ces familles pourront bénéficier d'une aide variant de 30 à 650 euros selon leur pays d'origine.

Choix de la station

France Bleu