Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Société

Migrants : le préfet de la Manche "n'a pas de baguette magique" pour trouver des hébergements

mardi 9 octobre 2018 à 20:05 Par Marc Bertrand, France Bleu Cotentin

54 migrants dont la moitié d'enfants ont été accueillis en urgence dans le gymnase Fernand Beaufils de Saint-Lô après que leurs campements ont été inondés par les intempéries. Le préfet a diligenté des entretiens avec chaque famille ce mardi pour évaluer leur situation.

Le centre sportif Fernand Beaufils qui accueille 54 migrants depuis dimanche à Saint-Lô.
Le centre sportif Fernand Beaufils qui accueille 54 migrants depuis dimanche à Saint-Lô. © Radio France - Marc Bertrand

Saint-Lô, France

"Je ne sais pas d'où sortent ces 54 personnes", assène le préfet de la Manche Jean-Marc Sabathé. Une cinquantaine de migrants sont hébergés depuis ce weekend par l'agglo dans la salle de sports Fernand Beaufils, en centre-ville de Saint-Lô, depuis que leurs tentes ont été inondées par les pluies. Ils n'ont pas de chauffage et dorment sur des matelas à même le sol. 

"Je n'ai pas de baguette magique", dit le préfet

Au moment de leur évacuation, ils se trouvaient à l'arrière du centre social Nelson Mandela pour les Albanais, rue de Normandie pour des Tchétchènes, et des Kazakhs dans des réduits mis à dispositions par l'association. Mais le préfet soupçonne que d'autres migrants se soient greffés entre-temps : "Quand le camp de Mandela a été détruit, ils étaient 18 dont 6 enfants. Au pointage de lundi, on se retrouve avec 54 personne dont 28 enfants", explique Jean-Marc Sabathé.

Ma première question c'est : d'où sortent tous ces gens ? Je ne sais même pas s'ils sont tous demandeurs d'asile ou pas. Ont-ils été amenés par des passeurs dans la nuit depuis Caen ?" - Jean-Marc Sabathé

"J'ai décidé d'envoyer une mission composée d'agents du service des étrangers de la préfecture et de la police, pour relever l'identité des personnes présentes. En fonction des éléments, des décisions seront prises", explique le préfet de la Manche. 

Un appel aux collectivités locales pour trouver des solutions.

Mais il prévient que même pour les demandeurs d'asile dans les règles, "c'est à l'OFII de trouver des solutions d'hébergement. Aucune place n'est disponible actuellement dans la Manche", ni dans les dispositifs spécifiques pour les demandeurs d'asile, ni dans ceux qui accueillent les personnes à la rue en général. Soit en tout, 650 à 700 places

D'autant que "56 chambres d'hôtels accueillent déjà des demandeurs d'asile en ce moment dans la Manche" selon Jean-Marc Sabathé. "Pour l'instant, moi je n'ai pas de solution. J'ai fait appel aux collectivités locales pour tenter d'accueillir quelques personnes pour une durée courte". 

Au moins 2 ou 3 jours à tenir dans le gymnase Beaufils

Le préfet craint en fait un "appel d'air" dans le "petit département" qu'est la Manche, quand on sait qu'il y a "entre 300 et 500 migrants qui n'ont pas de solution de logement dans le Calvados, et plus de 1200 à Rennes"

Selon le collectif saint-lois d'aide aux migrants, les familles vont rester dans le gymnase au moins encore deux ou trois jours : "Ces 54 personnes doivent être hébergées, la plupart sont en cours de procédure d'asile et l'hébergement est un droit", explique son porte-parole Joël Fraboulet. Qui rappelle que la moitié des personnes dans le gymnase sont des enfants, parfois très jeunes