Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Mineurs étrangers : la Seine-Saint-Denis se dote d'une cellule d'accompagnement unique

-
Par , France Bleu Paris

A l'occasion de la journée internationale des droits des enfants, le département de Seine-Saint-Denis a inauguré ce mardi sa Cellule d'accompagnement des mineurs non-accompagnés. Avec 17 agents départementaux, elle assure le suivi de 1200 mineurs étrangers isolés, un nombre en forte augmentation.

Inauguration de la cellule pour mineurs étrangers non accompagnés à Bobigny
Inauguration de la cellule pour mineurs étrangers non accompagnés à Bobigny © Radio France - Rémi Brancato

Bobigny, France

Une cellule d'accueil unique pour les mineurs étrangers isolés a été inaugurée ce mardi à Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Elle est en service depuis mi-septembre, mais le président (PS) du conseil départemental, Stéphane Troussel, a choisi la journée internationale des droits des enfants pour couper le ruban. 17 travailleurs sociaux de l'aide sociale à l'enfance (ASE) de Seine-Saint-Denis, auparavant disséminés dans les 22 circonscriptions du département sont désormais regroupés à Bobigny, dans les locaux de cette Cellule d'accompagnement des mineurs non-accompagnés (CAMNA), à deux pas de la station de métro Pablo Picasso.

ECOUTER - Ce CAMNA accueille et suit les 1200 jeunes mineurs étrangers isolés du département

Trois fois plus de jeunes pris en charge en Seine-Saint-Denis

En Seine-Saint-Denis, le nombre de mineurs étrangers isolés, pris en charge selon la loi par le département, a presque triplé en trois ans, atteignant cette année 1200 jeunes. Essentiellement originaire d'Afrique, ces jeunes sont hébergés et accompagnés dans leurs démarches par l'ASE, qui y consacre 20% de son budget, soit plus de 40 millions d'euros, une somme qui a doublé en deux ans.

"Ces jeunes, quand ils ont traversé l'Afrique, la Méditerranée, et une fois que les problèmes administratifs, l'apprentissage de langue, que tout est mis en place, ils ont souvent des parcours exemplaires" souligne Stéphane Troussel. Le département a donc fait le choix de ce CAMNA pour leur offrir un lieu unique de suivi. 

ECOUTER - "Ces mineurs isolés ont souvent des parcours exemplaires" Stéphane Troussel, président du département de Seine-Saint-Denis

Une démarche d'accompagnement spécifique

"Il faut une prise en charge spéciale" estime Cécile, une éducatrice, qui a laissé sa circonscription de Bondy pour cette CAMNA. "Ce n'est pas le même suivi, ce sont des jeunes qui veulent être orientés, dans leurs démarches professionnelles, pour être autonome le plus vite possible" ajoute-t-elle. Ainsi la CAMNA va permettre des partenariats plus resserrés avec les centres d'apprentissage ou les services préfectoraux pour faciliter les démarches.

"On avait tellement de travail [...] que les mineurs étrangers isolés, passaient un peu à la trappe"

ECOUTER - Cécile, éducatrice à la CAMNA

Avant d'intégrer ce service, dans sa circonscription de Bondy, elle ne pouvait se consacrer aussi intensément à ces publics. "On avait tellement de travail avec les jeunes en difficulté et leurs familles que régulièrement, les mineurs étrangers isolés, passaient un peu à la trappe" reconnaît celle qui suit aujourd'hui une quarantaine de ces mineurs.

Bientôt 800 places d'hébergement

"C'est le juge qui m'a envoyé ici" raconte Samuel, 16 ans, orphelin venu du Cameroun, qui fait l'objet d'une ordonnance de placement provisoire comme les autres mineurs. "Ils font tout pour pouvoir subvenir à tous nos besoins" sourit celui qui espère "reprendre des études" rapidement, et vit en attendant à l'hôtel à Noisy-le-Sec.

Pour leur offrir de meilleurs conditions d'hébergement, le département lance aussi un "appel à projet" pour la mise en place de 800 places d'hébergements dans des structures dédiées dès l'an prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu