Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mineurs isolés à Tours : le département de retour au tribunal

-
Par , France Bleu Touraine

Est-il majeur ou mineur ? La situation d'un jeune migrant du Bangladesh fait débat entre le département et l'association d'aide aux migrants Utopia 56. L'Aide sociale à l'enfance a étudié sa situation ce jeudi et estime qu'il est majeur. Mais l'association conteste cette décision en justice.

L'évaluation de minorité du jeune migrant aurait été bâclée, estime l'avocat de l'association Utopia 56.
L'évaluation de minorité du jeune migrant aurait été bâclée, estime l'avocat de l'association Utopia 56. © Radio France - Véronique Pueyo

Un entretien de quelques heures, avec un évaluateur du département et un traducteur en Bengali, c'est bien trop peu pour une évaluation sérieuse de minorité, estime l'avocat de l'association, maître Damiens-cerf. Selon lui, le jeune migrant, originaire du Bangladesh, peut prouver son âge de 16 ans. "Il a un acte de naissance original, authentifié. Or le département ne le mentionne pas dans sa lettre de refus" dénonce l'avocat, qui va donc continuer le combat et saisir le tribunal administratif. Suite à l'évaluation du département - qui l'a déterminé comme majeur ce jeudi - le jeune homme ne peut pas bénéficier de la protection pour les mineurs.

C'est la deuxième fois que la situation de ce jeune se retrouve au tribunal. Le département a été condamné déjà, il y a 10 jours, pour ne pas avoir mis à l'abri ce jeune migrant. C'est pourtant une obligation légale, le temps de déterminer s'il est effectivement mineur.

Mais le département estime lui que la majorité des migrants qui réclament l'aide sociale à l'enfance sont en fait des adultes. Ce serait même 2/3 des demandeurs, selon un rapport sénatorial. "On ne peut pas être poursuivi à chaque fois qu'un migrant le conteste, c'est insupportable" clame en substance un élu du département.

L'an dernier, sur les 8 premiers mois de l'année, près de 600 jeunes migrants ont réclamé la protection de l'enfance. Elle a été refusée pour la moitié d'entre eux, estimés comme adultes par le département.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess