Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Miss France peut-elle être féministe ?

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

La nouvelle Miss France 2020 sera élue samedi soir au Dôme de Marseille alors que la cérémonie fait débat. L'association "Osez le féminisme 13" dénonce une compétition misogyne. De son côté, l'ancienne Miss Provence, Wynona Guerini, défend les valeurs portées par ce concours de beauté.

Election de Miss Centre-Val de Loire
Election de Miss Centre-Val de Loire © Maxppp - Pierrick DELOBELLE

Marseille, France

Trente jeunes femmes sont en lice pour décrocher le diadème de Miss France 2020 ce samedi 13 décembre au Dôme de Marseille. La cérémonie, présentée par la directrice de la société Miss France Sylvie Tellier, et l'animateur marseillais Jean-Pierre Foucault, sera diffusée sur TF1. Les candidates, dont Miss Provence, Lou Ruat, seront départagées par les téléspectateurs et par un jury présidé par la capitaine de l'équipe de France féminine de football Amandine Henry et composé de trois hommes et trois femmes, dont la comédienne Laëtitia Milot. 

Mais à quelques heures du début du show, les critiques fusent en coulisse. "C'est un concours ringard et sexiste", dénonce la présidente de Osez le féminisme 13, Marie-Paule Grossetete. Elle regrette que la mairie de Marseille ait accordé une subvention de 150.000 euros pour l'organisation de ce concours. "C'est défendre un concours qui promeut une plastique de rêve pour les femmes. Un schéma qui rentre dans la tête des jeunes filles. Elles pensent ensuite que c'est un objectif de vie. Cette somme aurait pu servir à financer des actions de lutte contre ces stéréotypes", argumente Marie-Paule Grossetete.

"Le concours Miss France n'est pas contradictoire avec le féminisme." (Miss Provence 2018)

Wynona Guerini, Miss Provence 2018, ne garde que de bons souvenirs de son expérience dans le concours. "Si ça avait été dégradant pour la femme, j'en serais ressortie détruite et ce n'est pas du tout le cas", explique-t-elle. La jeune femme, aujourd'hui âgée de 20 ans, raconte avoir gagné en confiance et avoir beaucoup appris. "Même si c'est un concours de beauté, c'est aussi beaucoup de rencontres, de partage de valeurs humaines. On nous apprend à réfléchir de manière constructive, on défend des causes et on est entendu", affirme-t-elle. 

Un argumentaire partagé par Miss France 2019, Vaimalama Chaves, qui répondait à l'appel au boycott du concours lancé par l'animateur Laurent Ruquier : "En tant que femme, je revendique le droit de participer à un concours comme celui-ci. Est-ce que ce ne serait pas contradictoire de vouloir défendre les droits des femmes tout en les privant de cette liberté ?"

De son côté, la présidente d'Osez le féminisme 13 tient à préciser : "Nous ne visons en aucun cas les jeunes femmes qui se présentent, elles sont totalement libres de le faire ! Nous critiquons le concours, pas ses participantes". Les critiques n'empêchent pas le succès : l'an dernier, la cérémonie a décroché la deuxième meilleure audience de l'année (7,3 millions de téléspectateurs), toutes chaînes confondues.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu