Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Mobilisation à Tulle contre l'expulsion d'un jeune Congolais qui résidait depuis six ans dans la commune

-
Par , France Bleu Limousin

Les Tullistes demandent le retour de Bobo. Bobo Matondo est un jeune migrant congolais. Sous le coup d'une obligation de quitter le territoire il a été arrêté jeudi dernier et envoyé en centre de rétention dans la région parisienne. Sans même le temps de dire au revoir.

Le centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot (77) où Bobo Matondo a été placé
Le centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot (77) où Bobo Matondo a été placé © Radio France - Béatrice Dugué

Tulle

"Bobo c'est un membre de la famille". C'est Ayze Tari, la présidente du Secours populaire de la Corrèze qui parle ainsi. "Un ami" ajoute-t-elle en ayant bien du mal à retenir ses larmes. Car Bobo Matondo était bénévole dans l'association en Corrèze depuis son arrivée à Tulle il y a 6 ans. "Il était là à chaque fois qu'on avait besoin de lui" précise encore Ayze Tari. D'où la stupeur de tout le monde à l'association, lorsqu'il n'est pas venu à son poste jeudi dernier en début d'après-midi. Lorsque la nouvelle de son arrestation pour partir en centre de rétention est arrivée tout le monde a été plongé dans la tristesse. "On n'a pas eu le temps de le revoir, on n'a pas eu le temps de lui dire au revoir".

Une promesse d'embauche

"Il y avait dans son dossier des éléments qui permettaient de régulariser à titre humanitaire ce jeune homme qui a fait preuve d'une intégration inouïe" affirme son avocat Ekoué Akakpovie. En effet Bobo Matondo en six ans s'était fortement intégré. Il était même devenu l'un des bénévoles du Sporting Club de Tulle après y avoir joué un temps. Il avait dû quitter le terrain faute de renouvellement de sa licence, faute de papiers en règle. Dernièrement il avait également une promesse d'embauche par l'association d'insertion Forêt. En vain. "Je pense qu'on n'a pas voulu le régulariser" se désole son avocat

Une pétition

Ekoué Akakpovie et l'avocat parisien de Bobo Matondo ne désespèrent cependant pas de le faire libérer et revenir. Même si l'espoir semble ténu. De leur côté les associations d'aides aux réfugiés et les amis du jeune homme se mobilisent. Ce mercredi ils se réunissent pour décider d'éventuelles actions. Et une pétition vient d'être lancée par l'association RESF.