Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mobilisation contre l'expulsion de familles sans-papiers à Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Une dizaine de familles sans-papiers et le DAL de Nîmes sont convoqués devant la justice lundi pour l'occupation illégale de deux bâtiments nîmois.

Des militants devant un bâtiment réquisitionné par le DAL rue Pierre-Sémard à Nîmes.
Des militants devant un bâtiment réquisitionné par le DAL rue Pierre-Sémard à Nîmes. © Radio France - Leïla Méchaouri

Plusieurs associations nîmoises se mobilisent contre l'expulsion d'une dizaine de familles de leurs logements à Nîmes. Il s'agit de sans-papiers qui habitent depuis plus d'un an dans deux bâtiments abandonnés rue Pierre-Sémard. En septembre 2019, c'est le DAL - l'association Droit Au Logement - qui avait réquisitionné ces deux immeubles squattés pour y installer les familles dans le besoin, la plupart avec enfants. 

Convoqués devant la justice

La solution se voulait provisoire, mais les mois sont passés et les familles n'ont pas été régularisées. Aujourd'hui, le bailleur social ICF Habitat (une filiale de la SNCF) à qui appartient ces deux immeubles, veut les récupérer. Pour cela, il traduit en justice les personnes qui les occupent illégalement et le DAL de Nîmes. Une audience est prévue lundi 18 janvier au tribunal de Nîmes.

"On ne libèrera pas des appartements comme ceux-là sans reloger ces familles ailleurs" - Daniel Vidal, militant

"L'objectif n'est évidemment pas de s'installer ici de façon pérenne, explique Daniel Vidal, représentant du collectif de soutien aux familles sans-papier. Mais que ces familles puissent souffler le temps de déposer des demandes de logement social. Ces demandes étant restées à ce jour, pour la plupart, sans aucun résultat, les familles ont continué à déposer des recours, à vivre normalement, parfois à trouver du travail, à scolariser les enfants." 

"Au fond c'est ce que nous voulons délivrer comme message : les familles ici ne veulent rien d'autre qu'une situation régularisée, de bénéficier de logements sociaux pour simplement vivre et travailler ici", poursuit-il. 

Appel au rassemblement

Le collectif de soutien aux familles de sans-papiers (dont le DAL, l'APTI (Association pour la Promotion des Travailleurs Immigrants) ou "Réfugiés Bienvenue") appelle à un rassemblement devant le palais de justice de Nîmes lundi 18 janvier à 14h. Une pétition en ligne a par ailleurs recueilli plus de 1.200 signatures.

"Soit c'est ici, soit c'est la rue" : Najia, mère de cinq enfants, nous ouvre la porte de son appartement.

Najia, 36 ans, dans son appartement d'un bâtiment réquisitionné par le DAL à Nîmes.
Najia, 36 ans, dans son appartement d'un bâtiment réquisitionné par le DAL à Nîmes. © Radio France - Leïla Méchaouri
L'un des deux bâtiments réquisitionnés par le DAL rue Pierre-Sémard à Nîmes.
L'un des deux bâtiments réquisitionnés par le DAL rue Pierre-Sémard à Nîmes. © Radio France - Leïla Méchaouri
L'un des deux bâtiments réquisitionnés par le DAL rue Pierre-Sémard à Nîmes.
L'un des deux bâtiments réquisitionnés par le DAL rue Pierre-Sémard à Nîmes. © Radio France - Leïla Méchaouri
Choix de la station

À venir dansDanssecondess