Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Mobilisation dans les EHPAD : "on perd toutes les valeurs humaines qui nous ont fait choisir ce métier"

-
Par , France Bleu Gironde

Les salariés des EHPAD se mobilisent ce mardi partout en France pour crier leur mal-être, leur épuisement lié aux cadences infernales et au manque de personnel. France Bleu Gironde recevait ce matin Nathalie Fageolle, aide-soignante à l'EHPAD de Podensac depuis 20 ans.

Nathalie Pageolle, aide-soignante à l'EHPAD de Podensac depuis 20 ans, invitée de France Bleu Gironde
Nathalie Pageolle, aide-soignante à l'EHPAD de Podensac depuis 20 ans, invitée de France Bleu Gironde © Radio France - Aurélie Bambuck

Gironde, France

Nathalie Fageolle travaille depuis 30 ans en EHPAD, elle est aide-soignante depuis 20 ans à Podensac. Elle fait partie de ces personnels épuisés mobilisés dans le cadre de cette journée nationale d'action. Elle était l'invitée de France Bleu Gironde, ce mardi matin.

"La cadence est assez infernale et soutenue le matin quand on doit faire les toilettes, une douzaine pour chaque aide-soignant, explique Nathalie Fageolle. Surtout que le lever des résidents, la négociation, ne sont pas comptés dans le timing que nous avons. Le côté humain a disparu"

Écoutez l'interview de Nathalie Fageolle ce mardi matin sur France Bleu Gironde

Au long de sa carrière, elle a pu constater de nombreuses évolutions. Bonnes pour certaines, comme les aménagements destinés à améliorer le confort des agents et des résidents pour le levage par exemple. Mauvaises malheureusement aussi, le rythme qui s'accélère, le personnel manquant, les difficultés de recrutement aussi pour ce métier exigeant : horaires décalés, travail pendant les fêtes, salaires faibles, vie familiale qui en pâtit, etc. 

À la fin de la journée, on se dit parfois 'j'ai pas fait du bon boulot' - Nathalie Fageolle

"On est plus dans le faire, dans l'action, que dans le réfléchi, ce qui génère la maltraitance institutionnelle. C'est une grande frustration", regrette Nathalie Fageolle. Ce métier on l'a choisi pour ses valeurs, on veut donner du sens à ce qu'on fait. Parfois quand on rentre chez nous, on est mal parce qu'on n'a pas accordé le temps nécessaire aux résidents, on n'a pas vu certaines choses qu'on aurait dû voir". L'épuisement des agents est physique et moral, selon cette aide-soignante.

Choix de la station

France Bleu