Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Mobilisation des 13 agents de la colonie de vacances de Benais en Indre-et-Loire

mercredi 19 juillet 2017 à 14:56 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine et France Bleu

Ils ont décidé d'afficher leurs revendications sur les murs du château de Benais, en Indre-et-Loire. Ce château qui appartient à la ville de Boulogne-Billancourt accueille depuis 30 ans une colonie de vacances, mais la mairie souhaite vendre le château.

Action des 13 agents de la ville de Boulogne-Billancourt
Action des 13 agents de la ville de Boulogne-Billancourt - La CGT de Boulogne-Billancourt

Depuis plusieurs semaines, l'incertitude demeure sur l'avenir du château de Benais, près de Bourgueil en Indre-et-Loire. Propriété depuis 30 ans de la ville de Boulogne-Billancourt en région parisienne, les menaces de fermeture planent pour des raisons budgétaires. Selon la CGT pourtant, d'autres solutions existent, et fermer ce centre serait une catastrophe pour l'économie locale. La colonie de vacances accueille 1700 enfants chaque année.

Pour manifester leur mécontentement, et après une réunion avortée avec le maire de Boulogne le 4 juillet dernier (selon la CGT), les 13 agents de Benais ont affiché des banderoles sur les murs du château et ont planté 13 croix, symbolisant les 13 emplois menacés.

Un problème qui touche plusieurs collectivités en Indre-et-Loire

En tout cas, les structures ferment les unes après les autres car elle sont devenues trop chères pour les municipalités. Après la fermeture dans la Creuse de la colonie municipale de St Pierre-des-Corps il y a 2 ans, faute de budget, le Conseil Départemental d'Indre-et-Loire a décidé de fermer une de ses deux colonies, celle dans l'Allier. La colonie de Benais près de Bourgueil est donc elle aussi en sursis.

Des colonies trop chères et qui ont de moins en moins de succès. En 50 ans, on est passé de 4 millions d'enfants accueillis dans les colonies dans les années 60, à 1 million 300.000 aujourd'hui. Si l'on prend l'exemple du Château de Benais propriété de la ville de Boulogne-Billancourt (110.000 habitants), 13 agents salariés travaillent en permanence sur ce site depuis 1949, et son coût est proche d'un million d'euros par an. Trop cher pour la ville des Hauts-de-Seine. Elle a décidé de vendre la bâtisse dont la valeur est estimée à 1,5 million d'euros.